Alan Greenspan en procès

 |   |  1036  mots
Faut-il ouvrir le procès d'Alan Greenspan ? Après l'orage vient le temps de la chasse aux sorcières. Le président de Lehman Brothers , parti avec un parachute de 500 millions de dollars après que la faillite de sa banque eut provoqué l'effet domino tant redouté, vient de comparaître devant la commission du Congrès. C'est pour légitimer le transfert de la responsabilité des faillites aux contribuables que le président de la Réserve fédérale, le rassurant (?) Ben Bernanke, avait choisi de faire un exemple : lui, l'historien de la Grande Dépression, aurait dû se souvenir que ce fut le krach de la Kreditanstalt qui déclencha la vraie crise. Et choisir un bouc émissaire plus virtuel, son prédécesseur.Les grands personnages de notre ère monétariste sont aujourd'hui les gouverneurs des banques centrales : investis du pouvoir monétaire depuis que celles-ci sont rendues indépendantes des gouvernements, la longévité de leur mandat leur confère les moyens d'une stratégie, quand les politiciens ne font que de la politique. Notre époque peut se déchiffrer par leurs personnalités contrastées. L'austère-qui-se-marre du Potomac. La fourmi de Francfort qui prend sa revanche sur la cigale de Washington. L'Amérique adore brûler ce qu'elle a adoré. Mais même les magiciens mutant en sorcières ont droit à un procès équitable : mais tout ce que vous dites peut être retenu contre vous." Si vous avez compris ce que j'ai dit, c'est que je me suis mal exprimé ", avait coutume de ponctuer ses discours le magicien de la Fed, dont chaque virgule, scrutée par les investisseurs, faisait trembler les marchés. L'histoire aime à résumer ses ruptures dans la petite phrase qui incarne l'esprit du temps, telle l'inimitable " prospérité au coin de la rue ". Or, malgré la prudence de son arrogante formule, le gourou a beaucoup parlé. Et il fut très bien compris. Comme le maestro a dit tout et son contraire, on ne pourra pas l'accuser d'aveuglement. N'a-t'il pas annoncé l'" exubérance irrationnelle " puis l'"ère des turbulences ", sans rien faire pour les prévenir ?Populisme républicain.Accusé Greenspan, levez-vous ! Fils unique ; parents divorcés ; mère vendeuse dans un magasin de meubles ; consultant en économie, n'ayant péniblement passé son doctorat qu'à quarante et un ans. Se définissant comme " républicain libertarien ", militant des campagnes électorales. Nixon désigna à la tête des conseillers économiques, puis Reagan à la Fed ce self-made economist, incarnation du populisme républicain, capable d'en remontrer aux têtes d'oeuf démocrates de Harvard.Humour noir à la Woody Allen : il achève sa carrière comme conseiller du fonds hyperspéculatif Paulson (John, pas Henry).Une accusation simpliste.Quelle responsabilité lui impute-t-on dans la crise ? Quand les banquiers sautent par la fenêtre, les économistes rentrent par la porte. L'accusation simpliste d'avoir laissé filer la monnaie mérite d'être spécifiée. La crise financière a deux causes. La classique, conjoncturelle : le surendettement spéculatif confronté au cycle économique ; et la structurelle : la dérégulation des marchés financiers qui a suscité la " créativité financière " et amplifié la spéculation. Après le 11 Septembre la Fed abaissa son taux à 1 % pour conjurer la récession ; puis, pour lutter contre l'inflation menaçante, le remonta à 5 % en 2007. Cet activisme monétaire tant loué à l'époque n'est pas étranger à la naissance puis à l'explosion de la bulle immobilière. La responsabilité distinctive du maître du " pilotage fin " de la conjoncture par le taux d'intérêt se mesure à l'aune de l'impavidité de la BCE. On le louait pour avoir inventé la martingale de la croissance sans inflation : le regard fixé sur l'indice des prix à la consommation, il avait tout simplement oublié l'immobilier et la titrisation échevelée. En cédant leurs créances, les prêteurs de premier rang sont devenus moins regardants : l'aversion pour le risque s'est estompée, les crédits ont été distribués sans limites, les marges ont été remplacées par des commissions. Les banques d'affaires lorgnaient sur les gigantesques ressources des déposants... pendant que les banques commerciales rêvaient des bonus des maisons de titres.L'abrogation en 1999 du Glass Steagall Act - ce dernier " vestige vermoulu " des grands procès de 1933, qui interdisait aux banques commerciales la porte de Wall Street - fut l'événement déclencheur du mariage dans l'allégresse des financiers jadis victimes de ségrégation.Il s'en est suivi une prise de risque inconsidérée, avec effet de levier illimité amplifiant les gains comme les pertes : avec les désormais fameux " véhicules " (la créativité était aussi sémantique), le sommet de l'hypocrisie fut atteint. Comment un actif peut-il être à la fois hors bilan et dans le bilan ? pourra interroger l'inspecteur Colombo à la future commission d'enquête. Le contournement systématique des règles prudentielles permit de financer la spéculation sans fonds propres. Dès qu'advint le retournement, il fallut provisionner, puis rechercher du capital, d'abord privé et maintenant public.Un krach idéologique.Le sauvetage des banques a, du même coup, déclenché un krach idéologique. Entre le Charybde du reniement et le Scylla des faillites en chaîne, l'Amérique a choisi l'abjuration, au nom du pragmatisme. Mais si le pape lui-même avoue avoir perdu la foi, à quel saint doivent se vouer tous ceux qui y ont cru ? Pour sauver le libéralisme et le capitalisme, il faut un bouc émissaire.Le drame de cette crise, c'est qu'elle est synchrone de la campagne présidentielle américaine, là où se joue depuis un siècle le sort du monde. Pour payer, les contribuables taxés et les expulsés des " ça-m'suffit " de Cleveland exigent l'expiation des péchés des banquiers pour faire émerger le monde nouveau. Tout comme le New Deal émergea de l'après-1929. Alan Greenspan ne fut donc que le berger du troupeau moutonnier de Wall Street, talentueux porte-parole du rêve américain revu par les néoconservateurs. Car ce qu'il a accompli ne fut possible que parce qu'il incarnait une époque dont la page se tourne aujourd'hui.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :