Le Kremlin mise sur Opel

utomobile« Il n'y a pas la moindre raison de supposer qu'on ne parviendra pas à un accord entre GM et Magna », a déclaré hier à la presse le ministre-président du Land de Hesse, Roland Koch. Fiat, le fonds RHJ International et le chinois BAIC, évincés, ne peuvent toutefois être totalement écartés. Mais, selon Roland Koch, les chances de Fiat sont nulles, même si le groupe italien fait mine d'y croire encore.Derrière le rassurant équipementier canadien se profile néanmoins le Kremlin avec des incertitudes économico-politiques de taille. Car Magna n'aura que 20 % des actions d'Opel, filiale allemande de GM, tandis que Sberbank, la plus importante banque russe, en empochera 35 %. Or, Sberbank est contrôlée par le? Kremlin. La banque va en outre, avec le concours de Magna et du deuxième constructeur automobile russe GAZ, mettre la main sur d'autres actifs de GM comme sa nouvelle usine de Saint-Pétersbourg, la coentreprise GM-Avtovaz (le constructeur des Lada) et les actifs de GM-Ouzbékistan.Sauver l'industrieSberbank, qui a versé 500 millions d'euros à Opel, a déjà fait savoir qu'il envisageait de revendre sa part à terme. Quatre noms de repreneurs circulent : trois russes (GAZ, Sollers, Ijavto) et un coréen (Tagaz, qui appartient à Hyundai). GAZ fait office de favori. Son actionnaire majoritaire, Oleg Deripaska, détenait jusqu'en mars 25 % de Magna. Si le Kremlin a mis à contribution sa plus grande banque et son deuxième constructeur, c'est parce qu'il veut faire revivre l'industrie automobile russe, en piteux état. Il s'agit de sauver les milliers d'emplois de GAZ, le constructeur des Volga et d'utilitaires, qui traverse une période difficile. Grâce aux technologies et au savoir-faire d'Opel, Moscou espère voir apparaître un constructeur russe compétitif, face à Avtovaz (contrôlé par Renault) et surtout aux étrangers présents en Russie.GAZ propose d'offrir ses capacités industrielles à Opel pour produire un million de voitures par an en Russie. Une proposition qui étonne beaucoup, y compris à Moscou, sachant qu'Oleg Deripaska est surendetté à hauteur de 20 milliards de dollars. GAZ n'a produit en 2008 que 200.000 véhicules et l'année 2009 sera encore moins bonne. Emmanuel Grynszpan, à Moscou

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.