Arcandor est officiellement en faillite

distributionArcandor a engagé hier une procédure de faillite devant le tribunal de commerce d'Essen. La direction du groupe n'a même pas tenté une nouvelle demande d'aide d'urgence auprès du gouvernement fédéral, étant incapable d'obtenir des engagements supplémentaires de la part de ses propriétaires, ses banques et ses actionnaires. La faillite ne concerne que les filiales à 100 % du groupe : Karstadt, sa chaîne de grands magasins, et Primondo, dans la vente à distance. Soit 43.000 salariés outre-Rhin. Le voyagiste Thomas Cook, détenu à 52,8 %, n'est pas concerné.choix « raisonnable »Lâché par l'État, mollement soutenu par ses actionnaires, Arcandor devait rembourser 710 millions d'euros vendredi. Le président du groupe, Karl-Gerhard Eick, a affirmé que la faillite était devenue un choix « nécessaire et raisonnable ». Pour la chancelière Angela Merkel, l'issue était « inévitable ». Elle a justifié le refus d'accorder une aide d'État par la nécessité de « protéger l'argent des contribuables » et a fustigé le « manque d'engagement » des actionnaires du groupe. Elle a cependant promis d'« aider » les salariés concernés.La mise en faillite ne signifie pas la mort immédiate de Karstadt et Primondo. Dans un premier temps, leurs activités seront poursuivies. Mais, à terme, il est probable qu'Arcandor soit démantelé. Metro a confirmé hier son intérêt pour 60 magasins Karstadt et plusieurs candidats lorgnent sur Primondo. Quant au distributeur allemand Rewe, il a redit hier son intérêt pour la part d'Arcandor dans Thomas Cook. R. G., à Francfortpour Angela Merkel, l'issue était « inévitable ». Elle a promis d'« aider » les salariés.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.