Une croisière d'atoll en atoll dans l'archipel des Maldives ...

Nager avec un requin-baleineDéjà une heure que le bateau fait des ronds dans l'eau. Mais les yeux ont beau scruter les flots bleus et l'horizon, pas la moindre écume ne laisse préfigurer l'animal que nous convoitons. Au large de l'atoll Thinadhoo, les Maldiviens l'affirment, il est fréquent de voir, et même de nager, avec le plus grand requin existant au monde, le requin-baleine en personne. À bord, les équipement de plongée ? pour les plus aguerris ? et de « snorkeling » (masque et tuba) ?  pour les débutants ? sont prêts. Tous les passagers du raffiot l'« Atoll Explorer », qui propose une croisière de deux semaines aux Maldives, ne sont pas des plongeurs. Unique en son genre, ce bateau croisière de 47,6 mètres de long aux allures désuètes d'« African Queen », accueille, sous la houlette du capitaine Fulha, une clientèle essentiellement anglaise, fidèle et familiale ? diplomates, chefs d'entreprise. Certains apprécient les deux plongées quotidiennes en eaux profondes (jusqu'à 40 mètres) aux côtés des raies manta, des poissons-scorpions, des napoléons et des trompettes, alors que d'autres se contentent de goûter au plaisir des baignades dans le lagon, de la bronzette sur des atolls déserts et des barbecues sur la plage sous une pluie d'étoiles. Une tasse de thé en main, mais sans chichis ni smoking, chacun devise sur la plongée du matin ou les promesses du soir. Mots magiquesLe moteur fait un bruit de tam-tam métallique, l'ambiance est à la bonne humeur, quoique légèrement désabusée, quand tout à coup, l'un des marins installés à la proue balance les mots magiques « whale shark at right?! ». Des eaux claires apparaît une ombre noire. À peine deux secondes plus tard, les pros sautent masque et tuba en mains. Sur le pont, chacun s'affaire au plus vite, les gestes sont comptés, il faut aller vite. Pas besoin de bouteilles, nous resterons à la surface de l'eau. Le requin évolue à moins de 4 mètres de profondeur. Les plus aguerris prennent en main les novices. Et la dizaine de convives se met à l'eau, sans trop faire ? ou presque ? d'éclaboussures, pour ne pas effrayer la bête. Nullement effrayéQuelques secondes plus tard, la magie opère. Inoui, le requin-baleine est là sous nos yeux. Nous nageons avec lui. Il ressemble à une grosse peluche. Mais de 12 mètres de long tout de même. Bleu marine sur l'arrête dorsale avec des lignes blanches et de gros points blancs, il va en paix. Amusé, semble-t-il, de cette dizaine de nageurs, il n'est nullement effrayé et évolue à faible allure, 5 km/h maximum. Cela ne l'empêche pas de parcourir des milliers de kilomètres. Envie de le toucher?? Bien mal nous en prendrait. Même si sa peau paraît aussi douce qu'un doudou, elle est plus tranchante qu'une lame de rasoir. Nous sommes stupéfaits. Les plus effrayés mettent quinze bonnes minutes avant de lâcher prise et de desserrer les mains qui les soutiennent, alors que les plongeurs expérimentés s'amusent à se glisser sous le corps de l'animal pour mieux observer son ventre blanc et le prendre en photo. Tout à coup, une autre forme apparaît et ce n'est plus un requin-baleine qui nous accompagne, mais deux. De taille égale. Nous nageons au c?ur d'un ballet aquatique. Jamais le moindre mouvement agressif ne vient troubler la plénitude de l'instant. Près d'une heure durant, nous évoluons en leur compagnie. La température tropicale est câline. Plus tard, doucement, les voici qui s'éloignent. Et s'éclipsent. Comme si de rien n'était. nVACANCES DE Rêve/Aux Maldive

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.