L'activité de recherche de gestionnaires en recul

 |   |  323  mots
En 2008, les activités de recherches de gestionnaires pour investisseur institutionnel ont ralenti. C'est le constat du rapport sur l'évolution des activités de recherche de gestionnaires dans le monde en 2008, établi par Mercer (2008, Global Manager Search Trends). Le cabinet de consultants a réalisé 676 recherches contre 762 en 2007, pour 93 milliards de dollars. Les investisseurs ont été frileux et n'ont pas rebalancé leurs portefeuilles. « Avec la crise financière, les investisseurs se sont davantage concentrés sur des problématiques stratégiques, explique Anne Ries, consultante senior chez Mercer. Ils ont moins sollicité nos services de recherche de gestionnaires. Leur principale préoccupation a été d'analyser les implications de la crise sur leur politique de placement future, plutôt que d'arbitrer entre telle ou telle équipe de gestion. »Les actions internationales ont été privilégiées avec 155 recherches pour 23,35 milliards de dollars placés. Des investisseurs au profil défensif ont jugé ces actifs de nouveau attractifs. Par ailleurs, l'étude montre une augmentation mondiale des recherches pour le capital-investissement (de 5 à 22 en 2008) et les hedge funds multistratégies (de 9 à 20) grâce à un bon premier semestre 2008. À l'inverse, les recherches sur l'immobilier sont passées de 62 à 32.Baisse en EuropeSur le plan géographique, les baisses les plus notables ont eu lieu en Europe, Royaume-Uni compris, et en Australie, les investisseurs privilégiant l'allocation stratégique. Aux États-Unis, en revanche, l'activité de recherche a progressé. Les fonds de pension ont réagi aux pertes importantes des marchés actions par un réexamen de leurs politiques de placement, le changement de gérant aux performances mauvaises et le rebalancement tactique de leurs portefeuilles. En France, « sous l'impulsion des organismes paritaires, des syndicats, l'offre ISR actions et taux se développe via, notamment, le Perco », constate Anne Ries.Pour 2009, Mercer pense que la prudence restera de mise même si le cabinet identifie certaines classes d'actifs, comme le crédit, attractives en termes de rendement. T. S.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :