Bombinette lettone

 |   |  360  mots
N'en déplaise aux Cassandre, la « bombe » lettone se donne plutôt depuis le début de la semaine des airs de? « bombinette ». La déflagration régionale que laissait craindre une dévaluation du lats n'a finalement pas eu lieu. Les devises de l'Europe émergente, forint hongrois en tête, se sont même reprises ces derniers jours. Avec sa volonté ferme de maintenir le lats arrimé à l'euro, le gouvernement letton a donc tenu bon. Après avoir consenti à des coupes sombres dans son budget, Vladis Zatlers, le président, semble désormais assuré du soutien de Bruxelles et du FMI. Quant au vote au Parlement le 17 juin prochain de ces dépenses amendées ? condition sine qua non au déblocage des 282 millions de dollars d'aide internationale ?, il ne devrait être, si l'on en croit la réaction des investisseurs, qu'une simple formalité. Est-ce à dire que la « bombe » est cette fois bel et bien désamorcée ? À court terme sans doute, à plus longue échéance, le consensus est en revanche moins affirmé. Les analystes n'excluent plus en effet de voir la bombinette se transformer cette fois en bombe à retardement. « Le PIB letton s'est littéralement effondré ? de 18?% au premier semestre ?, la dette privée, de surcroît libellée en euros, s'envole, le déficit fiscal pourrait atteindre 11?% du PIB cette année », rappellent-ils. En un mot, le taux de change letton ne refléterait plus en rien l'évolution de l'économie du pays. Le lats vivrait même 30 % au-dessus de ses moyens selon certains. De leur côté, les agences de notation, aide du FMI ou pas, continuent, dans ce contexte récessif, de se montrer perplexes. Hier encore, Fitch a dégradé la note de la dette souveraine lettone, de BBB? à BB+. Dans ces conditions, la Lettonie pourrait bien voir son problème la rattraper sous peu. Dans trois mois, voir six. Si tel était le cas, le pays pourrait peut-être agir dans des conditions de marché plus sereines qu'aujourd'hui. Mais également plus en douceur. Avec la mise en place de mesures d'accompagnement, à destination des ménages lettons endettés par exemple. Marjorie Bertouille

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :