« Optimiser l'utilisation de la part la plus risquée d'un portefeuille d'ETF »

 |   |  589  mots
Produits dérivés Dans ses recherches, l'Edhec développe un concept d'allocation d'actifs « dynamique » dans le cadre de la gestion d'un portefeuille d'ETF. En quoi cela consiste-t-il??Il s'agit d'optimiser l'utilisation du budget de risque représenté par le satellite qui constitue, par opposition au c?ur, la partie la plus risquée du portefeuille. Ce concept de gestion « c?ur satellite » dynamique, contrairement à une gestion statique où les proportions entre le c?ur et le satellite varient très peu, a de nombreuses applications tant en gestion d'actifs qu'en gestion actif-passif. Il permet à la fois de gérer de façon non symétrique le risque de déviation par rapport à un benchmark action ou obligataire. Mais également, dans une stratégie de gestion « en rendement absolu », de bénéficier de la hausse des actifs risqués (actions, par exemple) tout en respectant des contraintes de gestion des risques (protection du capital, perte maximale, protection de gains cumulés, etc.) rigoureuses.À qui s'adressent ces travaux??Ceux-ci sont utilisés par les sociétés de gestion qui souhaitent concevoir des fonds ou des ETF dont le respect des contraintes de risques ne peut pas uniquement se fonder sur l'espoir que les corrélations entre les catégories d'actifs vont être stables. Il s'agit de répondre à la crise de confiance envers la diversification des risques, qui est une des conséquences de la recorrélation brutale de l'ensemble des marchés que nous avons connue durant ces deux dernières années.Ces recherches sont-elles menées avec des professionnels de l'industrie de la gestion??L'Edhec a une démarche de transfert de connaissance vers l'industrie et même lorsque les professeurs ou chercheurs ne sont pas impliqués directement dans l'implémentation de leurs résultats de recherche, il est important pour nous de vérifier et de s'assurer de la pertinence de nos concepts et modèles. À ce titre, nous nous félicitons de la mise en ?uvre de notre concept de gestion « c?ur satellite » dynamique par des sociétés françaises comme Robeco Gestion ou UFG Altéram.Les gammes d'ETF des émetteurs en Europe sont-elles suffisamment étoffées pour réaliser cette allocation d'actifs dynamique??Les ETF constituent aujourd'hui des véhicules particulièrement adaptés pour la mise en ?uvre des approches de gestion « c?ur satellite dynamique ». Le dernier Edhec European ETF Survey 2009 que nous avons effectué auprès des gérants et des investisseurs européens avec le soutien de Casam montre que l'adoption de ces véhicules d'investissement ne se dément pas, notamment dans des catégories d'actifs comme les obligations d'entreprises qui n'étaient pas traditionnellement un important segment de marché pour ce type de produit.Quelle fréquence préconisez-vous pour effectuer des ajustements ou des rebalancements pertinents??La fréquence des changements d'allocation est dépendante du contexte de gestion et des objectifs du fonds. Un rythme mensuel est la norme dans le cas d'un fonds « absolute return », alors que des fréquences trimestrielles ou semestrielles, voire annuelles, seront suffisantes pour gérer un budget de risque de gestion actif-passif.Quelles évolutions et quelles innovations voyez-vous se profiler sur le marché des ETF??Je pense que des fonds d'allocation correspondant à des préoccupations particulières des investisseurs privés (fonds à horizon pour la retraite, par exemple) ou de risque pour la gestion institutionnelle (couverture sur le long terme du risque d'inflation) peuvent être une nouvelle frontière pour les fournisseurs d'ETF. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :