La mode reste au « court »

1 mn

Dans le jargon des boursiers, être « court » (« short » en anglais), c'est détenir une position vendeuse. Celle-ci peut être spéculative afin de profiter de la baisse d'un actif (action, indice, matières premières, obligations, etc.) ou dite de couverture pour protéger son portefeuille. En 2008, c'était la bonne posture, notamment sur les actions et le pétrole. L'indice MSCI World a en effet baissé de 42 % et le baril de brut est revenu entre juillet et décembre de près de 150 à 40 dollars. Cette stratégie était d'autant plus payante pour les détenteurs de plan d'épargne en action, que la plupart des trackers « short » sont éligibles au PEA. Certains émetteurs l'avaient anticipé : SGAM ETF, Lyxor, DB X-Trackers ont tous des « shorts » sur indices CAC 40 ou Eurostoxx 50 dans leur gamme, voir des « double shorts » pour le premier et maintenant EasyETF. Les fameux X Bear sur Eurostoxx (code mnémonique BXX) et CAC (code BX4) de SGAM ont enregistré les meilleures performances en 2008. Le premier a gagné 94 %, le second 82 %. Encore fallait-il oser ce pari en début d'année. À l'autre bout du spectre, l'ETF Leverage du même SGAM ETF, toujours avec un effet de levier de 2, mais cette fois pour parier sur la hausse (code LXX), a plongé de près de 70 %. Au vu des performances des indices actions depuis le 1er janvier 2009, la mode pourrait rester au « short » en ce début d'année. Signe des temps, Nyse Euronext vient de lancer une gamme d'indices 3X avec un effet de levier de 3, destinés aux émetteurs d'ETF.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.