Les chercheurs accentuent la pression

 |   |  303  mots
Ambiance surchauffée hier dans le grand amphithéâtre de l'Institut océanographique. Les chercheurs des organismes publics de recherche (CNRS, Inserm?), se sont constitués en Coordination nationale des laboratoires en lutte, à l'image de celle qui réunit une grande majorité d'universités depuis six semaines. Ils protestent contre les suppressions de postes (900 au budget 2009) et la réforme en cours de la recherche : le gouvernement souhaite remettre l'université, chargée de la recherche opérationnelle, au c?ur du système de recherche et faire des organismes publics des « agences de moyen ». Les chercheurs du CNRS, premier organisme pluridisciplinaire, sont montés au front, craignant un désengagement du CNRS des unités mixtes de recherche (hébergées à 80 % par les universités) et surtout son démantèlement. De récents rapports ont préconisé la création d'instituts uniques pour coordonner la recherche en sciences de la vie et en informatique, ce qui laisse présager la perte de ces disciplines par le CNRS. Le discours peu diplomate du chef de l'État du 22 janvier a jeté de l'huile sur le feu. fortes revendicationsLa nouvelle coordination a donc adopté hier une plate-forme revendicative forte. La motion appelle notamment à la grève administrative des organismes, réclame la démission de Valérie Pécresse et de la direction du CNRS, la restitution des emplois supprimés, la transformation des emplois précaires (CDD, post-doctorants) en postes statutaires. Mauvais signe pour le gouvernement, en pleines négociations sur la réforme du recrutement des enseignants, le retrait du décret réformant le statut des enseignants-chercheurs (dont la réécriture semble finalement moins consensuelle qu'affiché par Valérie Pécresse), est exigé, ainsi que la remise à plat du nouveau contrat doctoral unique, dont le texte a été négocié mardi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :