Imbroglio bruxellois sur Fortis

 |   |  143  mots
Fortis n'est pas encore sorti d'affaire. L'action en justice menée par les petits actionnaires doit déterminer si le rachat du groupe par l'État belge et BNP Paribas était régulier, mais de plus « sans autorisation formelle de la Commission, l'aide accordée par l'État à Fortis est illégale », explique Annabelle Lepièce du cabinet CMS DeBacker. « Tout concurrent pourrait demander que Fortis rembourse cette aide affectée d'une nullité absolue », poursuit l'avocate. En attendant, le ton monte entre « Madame Concurrence » et le Premier ministre belge. Yves Leterme a indiqué que les services européens étaient injoignables le week-end du sauvetage. « Mensonge?! », fulmine Neelie Kroes, qui assure que ses collaborateurs étaient à leur poste. La Commission considère que les informations transmises par le gouvernement belge sont insuffisantes pour déterminer s'il y a eu aide d'État.Yann-Antony Noghès

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :