Les vins français sont boudés dans l'Hexagone, mais aussi à l'étranger

 |   |  396  mots
Heureusement que l'on boit aussi pour oublier ! Car les nouvelles ne sont pas bonnes chez les producteurs de vin français. Selon une étude de l'International Wine and Spirit Record pour le salon Vinexpo (qui se tiendra du 21 au 25 juin à Bordeaux), la consommation hexagonale continue sa lente décroissance, passant de 65,6 litres par habitant en 2003 à 58,8 litres en 2007. La faute à un changement structurel des habitudes de consommation et à des politiques de santé publique de plus en plus virulentes. « C'est la psychose », résume la présidente de Vin et Société, Marie-Christine Tarby.Plus grave encore, les exportations ? 50 % du marché français en valeur ? subissent de plein fouet le retournement de conjoncture. Le ralentissement a été très net dès septembre, les volumes ont chuté de 15 % en octobre et les chiffres de novembre, disponibles dans quelques jours, s'annoncent très mauvais. « On nous parle de suppression de commandes sur tous les marchés, y compris les émergents, alors que Noël est traditionnellement crucial, s'inquiète Renaud Gaillard, directeur adjoint de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux, et les scénarios les plus positifs ne prévoient pas de retour à la normale avant l'été 2009. » La chute est d'ailleurs moins due à la sobriété des consommateurs qu'à la frilosité des distributeurs, qui puisent dans leurs stocks au lieu de passer de nouvelles commandes. Au final, l'année 2008 devrait se clore sur une croissance nulle, la dégringolade actuelle étant compensée par la forte valorisation des grands crus de Bordeaux exportés en masse au premier semestre.montée en gammeMais, entre-temps, l'Italie a ravi à la France sa place de leader mondial des pays exportateurs. Ses volumes exportés grimpent de 40,77 % entre 2003 et 2007, quand les français ne progressent que de 1,26 %. « Contrairement à nous, les négociants italiens n'hésitent pas à fusionner, ce qui leur donne une plus grande force de frappe à l'étranger », analyse le directeur général du salon Vinexpo, Robert Beynat.Mais des sources de satisfaction subsistent. La baisse de la consommation en France devrait ralentir dans les années à venir (voir graphique), et se doublera d'une montée en gamme. Les vins commercialisés à plus de 10 euros progresseront de 11 % environ alors que ceux compris entre 5 et 10 euros grimperont de 13 % et ceux en dessous de 5 euros diminueront de 6 %. Enfin, les exportations devraient reprendre sur un trend plus positif. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :