La crise impacte plus que prévu les ventes de PSA en 2008

 |   |  373  mots
L'année 2009 sera aussi difficile que l'année 2008. » Le ton a été donné hier matin par Jean-Philippe Colin, directeur général de la marque Peugeot, à l'occasion de la présentation des résultats commerciaux du groupe PSA sur l'exercice écoulé. Rien de rassurant donc si l'on sait que 2008 s'est finalement soldée par une baisse de 4,9 % des ventes mondiales du groupe à 3,2 millions d'unités (un recul qui est porté à 8,7 % pour les seuls véhicules montés sans prendre en compte les pièces détachées).Un chiffre qui contraste forcément avec l'objectif de 5 % de croissance annoncé au début de l'année dernière. Crise du secteur oblige, PSA avait revu fin octobre ses prétentions à la baisse en indiquant s'attendre à une baisse de 3,5 %. Mais c'était sans compter sur une fin d'année particulièrement maussade. Au final, dans un marché mondial en baisse de 5,7 %, le constructeur parvient tout de même à maintenir sa part de marché à 5 %.marchés déprimésDans le détail, la marque Peugeot résiste mieux que Citroën, la première enregistrant une baisse de 3,2 % de ses ventes à 1,9 million de véhicules tandis que celles de la seconde chutent de 7,2 % à 1,35 million d'unités. En Europe de l'Ouest, où PSA réalise deux tiers de ses ventes, ses immatriculations s'inscrivent en recul de 8,6 % dans la moyenne du marché. Une baisse à mettre sur le compte de la déprime de marchés tels que l'Espagne, la Grande-Bretagne ou l'Italie. Enfin, à l'international, les ventes du groupe ont particulièrement progressé sur des marchés porteurs comme le Brésil (+ 17,7 %) ou la Russie (+ 67 %).Dans le contexte actuel, le groupe s'est refusé hier à faire des prévisions pour l'année 2009. Jean-Philippe Colin a indiqué que la priorité serait donnée à la bonne gestion des stocks pour préserver la trésorerie du groupe. Cela devrait se traduire par un ajustement des cadences de production. Malgré une seconde partie d'année désastreuse pour le secteur, le groupe est parvenu à ramener ses stocks de fin d'année aux mêmes niveaux que ceux de 2007. Reste à savoir désormais quelle sera la traduction de ces chiffres sur les résultats de PSA? Réponse le 11 février. Gaël Vaut

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :