La France fait de plus

 |   |  387  mots
Nadine Morano, la bouillonnante secrétaire d'état à la Famille, n'a pas été longue à réagir, hier, à la publication par l'Insee du bilan démographique de la France pour 2008. Si avec 834.000 naissances (dont 33.000 outre-mer), soit deux enfants par femme, la France atteint aujourd'hui 64,3 millions d'habitants, contre 63,9 un an plutôt, et atteint presque le seuil de renouvellement des générations, c'est grâce aux 88 milliards d'euros (4,7 % du PIB) consacrés à la politique familiale par l'État. Soit, selon Nadine Morano, deux fois plus de moyens que la moyenne européenne.Au total, d'après l'Insee qui a intégré les résultats définitifs du dernier recensement, l'augmentation de la population a été de 366.?500 personnes en 2008 en prenant en compte les 543.000 décès. L'accroissement naturel est donc au final de 290.?500 personnes et le solde migratoire à 76.?000 personnes.*taux de féconditéCes bons résultats, qui placent la France au second rang européen pour la population totale derrière l'Allemagne (82,1 millions d'habitants) et au premier rang avec l'Irlande pour le niveau de fécondité, masquent des évolutions « sociétales ». Le nombre de naissances s'explique aujourd'hui par l'augmentation du taux de fécondité pour chaque tranche d'âge, et non par l'augmentation du nombre de femmes pouvant procréer. Ainsi, les futures mères de 20 à 40 ans sont de moins en moins nombreuses depuis vingt-cinq ans, rappelle l'Insee. En revanche, l'âge moyen à la maternité approche désormais 30 ans, soit deux années de plus qu'à la fin des années 80. Une tendance d'ailleurs générale en Europe.Rachida Dati, garde des Sceaux, qui vient de donner naissance à une petite fille, n'est pas un cas isolé : le nombre de naissances pour 100.000 femmes de plus de 40 ans a progressé en dix ans de 0,5 à 0,7 enfant.Autre évolution, celle-là plus inquiétante pour l'équilibre des comptes sociaux : la population française continue de vieillir. La part des moins de 20 ans dans la population totale décroît (24,8 % contre 25,9 % en 1999) alors que celle des plus de 65 ans et plus progresse (16,5 % contre 15,7 %). Le nombre de plus de 75 ans a, lui, progressé cinq fois plus vite que la population totale (ils sont aujourd'hui 8,7 %).Enfin, l'espérance de vie est restée stable : 77,5 ans pour les hommes, 84,3 pour les femmes, ce dernier chiffre est l'un des plus élevés d'Europe.Patrick Coquidé

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :