Risques

 |  | 312 mots
Lecture 1 min.
Le reflux des actions depuis leurs récents points hauts (2.537 points sur l'Eurostoxx 50 le 1er juin) ne s'apparente plus à une simple prise de profits. Pour autant, les craintes d'un retour des indices boursiers sur leurs points bas ne semblent pas gagner les investisseurs comme en témoignent les marchés dérivés. La volatilité implicite observée sur les options de couverture à 3 mois sur l'Euro­stoxx 50 reste modérée et nettement inférieure à son niveau de fin avril alors que l'indice s'en rapproche. Curieusement, les actions et les obligations privées connaissent désormais une divergence de comportement alors qu'elles évoluaient de concert jusqu'à fin mai, les premières continuant de progresser grâce à la poursuite de la normalisation des primes (spreads) de rendement exigées. À la veille de la période de publication des résultats des entreprises, cette configuration technique semble plutôt refléter l'anticipation d'un rebond de l'activité économique très mou ou d'une rechute temporaire en 2010, davantage que le retour de craintes déflationnistes ou systémiques. Historiquement, les sorties de récessions sont rarement linéaires. Sur les huit récessions d'après-guerre aux États-Unis, seules deux d'entre elles (1953 et 1991) n'ont pas été suivies d'une rechute d'activité. Et, selon les économistes d'Hexane BNP Paribas, il existe deux types de rechute : la rechute temporaire sur un trimestre et la double récession économique (typiquement la double récession de 1980-1982). Seul ce second cas peut véritablement justifier l'expression de double creux très dommageable aux actions, les rechutes temporaires ayant eu dans le passé qu'un effet limité sur les indices boursiers. Historiquement, les doubles récessions ont été provoquées par un resserrement brutal des politiques publiques. Et, aujourd'hui, le risque d'une double récession semble clairement provenir d'un retour à la rigueur budgétaire plutôt que d'un resserrement de la politique monétaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :