Stéphane Richard, PDG déjà connecté ? D'une phrase, Stéphane R...

 |  | 660 mots
Lecture 3 min.
Stéphane Richard, PDG déjà connecté?D'une phrase, Stéphane Richard résume sa feuille de route : « Je suis entre deux jobs tout en connaissant bien mon point d'arrivée. » Le planning est serré : « Après quelques semaines d'immersion dans l'entreprise, je ferai quelques tournées internationales puis je prendrai des fonctions plus opérationnelles au niveau international de France Télécome;lécom, lequel niveau représente plus de la moitié de son chiffre d'affaires. Après, 2010 sera consacrée à préparer en douceur la transition du départ de Didier Lombard? »Mais qui est ce presque quinquagénaire ayant commencé sa carrière comme inspecteur des finances avant de partir dans le privé, de refaire un crochet par le public, pour retrouver aujourd'hui le monde de l'entreprise ? « Il était plutôt de ceux qui, à l'ENA, disaient : ?Je ne serai pas haut fonctionnaire toute ma vie, j'essaierai soit de faire de la politique, soit de travailler dans le privé? », dit de lui son ami Nicolas Bazire, ancien directeur de cabinet d'Édouard Balladur aujourd'hui en charge du développement et des acquisitions chez LVMH. Stéphane Richard a commencé sa carrière au sein du cabinet de Dominique Strauss-Kahn, ministre de l'Industrie. Il rejoint ensuite Guy Dejouany à la Générale des Eaux qui lui demande d'auditer les comptes opaques de la filiale Phénix. « Je suis tombé dans l'immobilier un peu par hasard », reconnaît-il. En 1994, Jean-Marie Messier lui en confie la direction. Il fonce sans hésiter : « La mission qu'il me proposait me passionnait : j'avais envie d'être opérationnel. » Très vite, il se retrouve à la tête de la Compagnie Générale d'Immobilier et de Services, l'ancêtre de Nexity, qui, à l'époque, est plutôt « le ?bad? immobilier de la Générale des Eaux », souligne son PDG actuel, Alain Dinin. « Une période douloureuse », se souvient Stéphane Richard, qui va cependant avec ce dernier la transformer en épisode faste grâce à un LBO leur permettant de racheter une société dont personne ne voulait avec une mise de départ de 600.000 euros chacun.Pour faire taire les rumeurs, il révèle pour la première fois l'état de son patrimoine : « De l'opération Nexity, j'ai retiré à peu près une vingtaine de millions d'euros. Je n'ai pas honte de le dire. C'est une belle opération où l'on a ressuscité une entreprise leader dans ses métiers. Cela s'est accompagné d'une belle opération patrimoniale, mais ça n'était pas du tout évident au départ », explique l'intéressé, qui rejoint en 2003 la direction générale de Veolia Environnement et Transport avant de repartir en 2007 dans le public, à Bercy, comme éphémère directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo, puis, pour plus longtemps, de Christine Lagarde. « On s'est très bien compris, entendus et trouvés rapidement », dit Stéphane Richard de « sa » ministre, saluant au passage « sa façon un peu différente de faire de la politique ».« Une intelligence de fond », « Toujours souriant jamais press頻, « On a l'impression qu'il n'est pas débord頻, disent de lui ses proches. Ce protestant qui a passé son enfance à Marseille, petit-fils de berger dans les Cévennes et dont le père ingénieur des Mines a fait « le saut social de génération », feint de s'offusquer de cette image qui lui colle à la peau : « Est-ce que vous connaissez beaucoup de dilettantes nonchalants qui, à 45 ans, ayant gagné un peu d'argent et donc n'en ayant pas forcément besoin pour vivre, avec de grosses responsabilités chez Veolia, iraient signer pour l'enfer d'un cabinet ? En réalité, comme tous les paresseux contrariés, je suis un gros bosseur. » Et celui qui se définit comme « un sarkozyste de gauche », vouant une grande admiration au président de la République, de conclure : « Finalement, ma vie ça a été un peu une succession de retours aux sources. »Tatiana Renard-Barzach

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :