L'État veut renforcer l'aide numérique aux PME

 |  | 317 mots
Lecture 2 min.
Le retard des PME françaises en matière d'investissement dans les technologies de l'information et de la communication (TIC) est une antienne. Même depuis le lancement en 2005 du plan gouvernemental " TIC & PME 2010 " destiné à les pousser à mutualiser leurs efforts par filières.Hier, le gouvernement a dressé, sous l'égide de la Direction générale des entreprises (DGE) du ministère de l'Économie, un point d'étape. Luc Rousseau, le directeur de la DGE, a regretté que " les entreprises françaises investissent deux fois moins que leurs homologues américaines dans les nouvelles technologies " . Mais le plan TIC & PME porte ses fruits. Deux appels à projets successifs en 2006 et 2007 ont vu se mobiliser une vingtaine de filières. " Sept millions d'euros leur ont été alloués. Elles ont beaucoup travaillé sur l'interdisciplinarité ", a salué Jean-Pierre Corniou, président de l'instance de coordination du plan au Medef.COMPETITIVITE AMELIOREEDivision par cinq du temps de traitement des commandes ou des erreurs de conception, traçabilité de la viande à l'exportation, calcul de la performance énergétique des composants d'un bâtiment : du textile à l'agriculture, les filières professionnelles impliquées disent avoir amélioré leur compétitivité. Mais beaucoup reste à faire. Si les PME se sont approprié les nouvelles technologies, leurs investissements restent timides.Quant aux TPE de moins de 20 salariés, 13 % d'entre elles ne sont même pas informatisées, selon un sondage réalisé par Ipsos-Ciel en début d'année. Aussi le gouvernement devrait-il annoncer dans les " prochains jours ", dans le cadre du plan Numérique 2012, la mise en place de " conseillers au numérique PME " pour aider les PME à diagnostiquer leur utilisation des TIC afin d'" améliorer leur productivité ". Mais l'effort devra être partagé par les éditeurs de logiciels, que Jean-Pierre Corniou a exhortés à " définir des standards ", ce qu'ils rechignent à faire pour préserver leurs propres intérêts.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :