Le groupe Covéa continue à gagner des parts de marché

2 mn

Thierry Derez a décidé de commencer l'année avec une bonne nouvelle. En annonçant des gains nets de 180.000 nouveaux véhicules, soit une hausse de 2 % (alors que le parc auto a progressé de 0,9 %) et de 140.000 nouvelles habitations (soit + 2,2 %), le président-directeur général de Covéa a beau jeu de vanter « l'efficacité commerciale » de ses trois enseignes : GMF, Maaf et MMA. Sur les marchés très saturés de l'assurance de particuliers, le groupe mutualiste continue de renforcer ses positions, alors même qu'il détient déjà près de 20 % de l'assurance de biens et responsabilités en France. Covéa assure ainsi plus de 9,5 millions de véhicules, 6,5 millions d'habitations et, en complémentaire santé, il couvre 1,8 million de bénéficiaires. effet de tailleL'agressivité tarifaire, en particulier chez GMF, soutenue par d'intenses campagnes publicitaires, explique cette croissance continue. La réussite repose aussi sur « l'effet de taille et la mise en commun des moyens entre les trois mutuelles », estime le groupe. Ainsi en gestion des sinistres, Covéa « achève la mise en place de réseaux communs de prestataires » et noue de nouveaux partenariats avec des enseignes comme Norauto ou Batirenover. En assistance, le groupe a décidé de confier la totalité des portefeuilles de Maaf, MMA et GMF à Fidelia. Cette filiale d'assistance à l'origine créée par Azur Assurances (qui a fusionné depuis avec MMA) devient donc « l'un des trois plus gros acteurs du march頻. En assurance complémentaire santé aussi, Covéa revendique la création de « nouveaux services innovants afin d'orienter mes assurés vers les meilleurs soins au meilleur prix », comme l'illustre le lancement récent de la nouvelle gamme d'assurances complémentaires santé de MMA (« La Tribune » du 3 janvier). Cette mutuelle est d'ailleurs avec Maaf et AGF, actionnaire de la plate-forme de services Santéclair.Sur le plan financier, Covéa affiche « une marge de solvabilité, y compris les plus-values latentes, couvrant près de trois fois les exigences réglementaires », indique-t-il. Et c'est avec une satisfaction non dissimulée que le PDG, Thierry Derez, affirme que le groupe n'a « ni Madoff, ni Lehman » dans ses actifs. Pourtant, en novembre dernier encore, un « intermédiaire » proposait à Covéa des parts de Luxalpha, le fonds luxembourgeois géré par Bernard Madoff. Le groupe mutualiste aborde néanmoins 2009 avec prudence. Il évoque « une politique de modération tarifaire » et a renoncé à son projet de créer une usine d'assurance-vie commune à ses trois enseignes, considérée pour l'heure comme trop coûteuse et trop complexe par rapport aux avantages attendus. Séverine SollierThierry Derez, pdg du groupe?: covéa n'a « ni Madoff, ni Lehman » dans ses actifs.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.