Le bookmaker William Hill rassure la Bourse

1 mn

Dans le secteur des loisirs, on savait que les jeux vidéo ne connaissaient pas la crise. Il semble en être de même pour les paris, à la vue des comptes publiés hier par William Hill. Le chiffre d'affaires de la société britannique de paris a crû de 6?% en 2008. Une bonne surprise pour le bureau d'analyse Daniel Stewart, qui tablait sur une hausse de 3,8 %. L'activité s'est même accélérée au quatrième trimestre, avec une progression de 8 %. Résultat, William Hill a réitéré son objectif d'un bénéfice opérationnel de 275 millions de livres sterling, pour 2008. « Cette publication constitue la preuve manifeste de la résistance des activités de paris, à la différence d'autres pans de l'industrie des loisirs », insiste Daniel Stewart. action plus chèreUne opinion partagée par nombre d'investisseurs : le cours a grimpé de 10 %, hier en séance. Une envolée qui porte à près de 52 % le rebond du titre depuis son plus bas niveau des douze derniers mois, touché le 20 novembre dernier. Revers de la médaille, l'action se paie plus cher que l'ensemble de ses concurrents, souligne le courtier Davy Research. Qui évalue par exemple à 14 % la prime boursière de William Hill par rapport à son rival Paddy Power, en termes de valeur d'entreprise rapportée à l'excédent brut d'exploitation. Or l'horizon de William Hill n'est pas tout rose, s'inquiète Davy Research : en discussion avec ses banques pour refinancer sa dette, le groupe pourrait être contraint de suspendre le versement de son dividende cette année, afin de respecter ses clauses d'emprunts. C.L.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.