Turgot AM mise sur la sélection de valeurs

« Surperformance toujours et toujours performant. » Turgot Asset Management (TAM) revendique s'inspirer de la régularité de Lazard Gestion et de la Financière de l'Échiquier pour sa maîtrise du stock picking. Fraîchement agréée par l'Autorité des marchés financiers, la boutique, présidée par Charles-François Bonnet, a levé 10 millions d'euros auprès de Family Office et de ses cinq associés (lire encadré). Turgot MultiCaps Europe, fonds actions européennes dit diversifié et non figé, veut jouer la relance à rebours de l'approche sectorielle classique de la gestion de conviction. Point d'inflexion« Nous serons investis en permanence autour de trois phases de croissance?: éveil, progression et proximité du point d'inflexion à partir duquel un cycle bascule. Nous n'irons pas sur des valeurs entrées en déclin ou en sommeil », précise Alice Lhabouz, cogérante du fonds avec Arnaud de Champvallier. À l'en croire, cette approche serait plébiscitée par la multigestion. « La crise ébranle la gestion de conviction value classique. Le marché rejette ces véhicules vantés comme des concentrés de relais de croissance où les actifs peuvent être transférés sans prévenir vers un autre fonds, générant des frais divers », insiste-t-elle. Question frais, ce fonds facture 2,5 % de commissions de souscription et de gestion et 20 % de frais de performance au-delà de celle du DJ Stoxx 600, son indice de référence.Quand TAM parie sur la relance, elle recherche des valeurs qui vont surperformer les indices, et d'autres, moins dynamiques, mais plus régulières. Le BTP et ses fournisseurs, si leur présence est bien diversifiée, pourraient recueillir leurs faveurs.Aide à la décisionPour faire son marché, TAM s'appuie sur les travaux de Charles-François Bonnet qui a élaboré un modèle quantitatif d'aide à la décision basé sur une analyse des marchés actions européens sur ces vingt dernières années. « Faire du stock picking en suivant au quotidien 14.000 valeurs est aléatoire. Nous préférons nous focaliser sur 400 entreprises cotées avec un spectre d'indicateurs élargi. Sinon, cela reviendrait à lancer des fléchettes au hasard. Avec ses algorithmes, nous disposons d'un axe directionnel pour savoir viser », sourit Alice Lhabouz. De quoi permettre aux gérants de multiplier les rencontres avec la direction des entreprises suivies. La note attribuée au management primera dans la sélection, sans oublier la détection de catalyseurs de cours.Si ce fonds, éligible à l'assurance-vie et au PEA, tient ses promesses, TAM compte en lancer d'autres et décrocher des mandats de gestion auprès d'acteurs plus importants, l'offre auprès des institutionnels étant en phase de structuration. À condition d'abord d'atteindre une taille critique fixée à 300 millions d'euros sous gestion. Et ce, sans sacrifier son indépendance. Vincent Bussière

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.