Les cavistes en ligne reprennent des couleurs

2 mn

C'est un « ouf » de soulagement que les dirigeants de sites Internet de vente de vin ont poussé lundi dernier en apprenant que, en première lecture à l'Assemblée nationale, la loi Hôpital présentée par Roselyne Bachelot autorise lapublicité en ligne pour les produits alcoolisés. « La loi Évin adoptée en 1991 liste expressément les supports interdits de publicité pour l'alcool. À l'époque, Internet n'existait pas », raconte la cofondatrice de Idealwine.com, Angélique de Lencquesaing. Dès lors, les sites de vente en ligne de vins ont vécu sur un vide juridique, craignant d'être un jour apparentés à un média et donc d'être interdits de Toile.Presque dix ans après leur lancement, une loi destinée notamment à lutter contre l'alcoolisme des jeunes vient de lever ce risque. « Nous allons pouvoir désormais nous développer sereinement », juge Bernard Le Marois, le directeur général de Wineandco.com, site détenu par le négociant Millesima et Moët Hennessy (LVMH). De son côté, Idealwine dit être plus en mesure de démarcher de nouveaux investisseurs, fonds ou industriels du vin. « Notre business plan est en cours », indique Angélique de Lencquesaing.« L'enjeu est davantage publicitaire », juge Nicolas Celier, associé du fonds Alven Capital spécialisé dans les investissements dans le e-commerce. Si elle est adoptée en l'état par le Sénat, la loi leur ouvrira la possibilité de faire de la publicité sur le Net, sauf sur les sites sportifs et ceux destinés à un public jeune. « Or, il y a peu encore, Orange et Yahoo refusaient toute bannière publicitaire d'e-marchands de produits alcoolisés. Par précaution ! » se souvient Angélique de Lencquesaing. « Et beaucoup d'annonceurs refusaient de faire de la pub sur les sites de produits alcoolisés », ajoute Bernard Le Marois.campagnes mieux cibléesDésormais, sur ce marché encore jeune où leur notoriété reste à construire, les sites pourront investir pour recruter de nouveaux clients. « C'est le moment », reconnaît Bernard Le Marois. « Nous aurons des campagnes avec un meilleur retour sur investissement sur les sites, qui permettent de toucher précisément notre cible, les hommes âgés entre 35 et 50 ans », indique le responsable marketing de Chateauonline, Denis Pichon.Cette législation va-t-elle favoriser une consolidation ? « Non, le marché n'est pas encore à maturité. Il ne pèse que 120 millions d'euros et devrait se hisser à 500 millions en 2015 en France », répond Bernard Le Marois. Tous les sites affichent de jolies performances : + 20 % pour Chateauonline.fr (9 millions d'euros), + 12 % pour Idealwine (6 millions d'euros) et + 46 % pour Wineandco sur un an à fin août 2008 (6 millions d'euros). Reste à voir comment leur sera appliquée l'interdiction de vendre de l'alcool aux mineurs âgés de moins de 18 ans, autre mesure phare de la loi Bachelot.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.