Des capteurs pour détecter les crises d'épilepsie

1 mn

L'ouverture récente d'un foyer d'accueil médicalisé pour une quarantaine d'épileptiques pharmacorésistants à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs (Isère) a permis de tester un système de détection nocturne de crises d'épilepsie. Il a été développé pour ces patients qui nécessitent la présence d'un grand nombre d'infirmières la nuit. La technologie repose sur des capteurs de mouvement intégrant l'utilisation d'accéléromètres et de magnétomètres miniaturisés. Fabriqués par la start-up Movea, ils se présentent sous la forme d'une montre ou d'un patch collé sur la poitrine. « Le capteur détecte des mouvements 200 fois à la seconde dans les trois axes nécessaires pour identifier la crise », commente Régis Guillemaud, chercheur au Leti/CEA de Grenoble et responsable de ce projet baptisé Epimouv. Le logiciel d'analyse qui enregistre les signaux différenciera les mouvements épileptiques des mouvements ordinaires. « Une base de données auto-apprenante permettra d'augmenter les connaissances sur les signaux de données afin de réduire le taux de fausses alertes tout en exploitant le caractère stéréotypé des crises », explique le professeur Vercueil, du CHU de Grenoble, partenaire de ce projet. « Nous avons souhaité un système peu invasif et respectueux de l'intimité de ces adultes atteints de crises d'épilepsie graves, fréquentes et imprévisibles », explique Françoise Thomas-Vialettes, présidente d'EPI (Épilepsie, progression, intégration) association soutenue par le groupe américain Eaton afin de mener à terme la validation de l'expérimentation. Rosalie HurtadoHERVE MARTIN

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.