Infosys donne le signal d'un coup de froid sur les SSII indiennes

 |   |  371  mots
Infosys, deuxième acteur indien du service informatique et premier à publier ses résultats annuels, vient d'envoyer un signal de mauvais augure pour le secteur. Habitué à surfer sur des croissances spectaculaires ? 12 % en 2009, 35 % en 2008, 44 % en 2007, 35 % en 2006, 50 % en 2005 ?, le groupe a annoncé anticiper, pour la première fois de son existence, un recul compris entre 3,1 % et 6,7 % de son chiffre d'affaires comptabilisé en dollars sur l'exercice 2009-2010 (clos fin mars), à au moins 4,35 milliards de dollars. Il faut encore attendre la publication des résultats de ses concurrents Tata Consultancy Services, le numéro un, et Wipro, le numéro trois, plus tard ce mois-ci, pour confirmer la tendance.Le cabinet Gartner table sur un recul de 1,7 % de la demande de service informatique en 2009, à quelque 800 milliards de dollars. Mais, forts d'offres très compétitives, les acteurs indiens pouvaient donner l'impression d'être mieux armés pour man?uvrer dans une telle conjoncture. Voire pour en bénéficier, compte tenu de la volonté des donneurs d'ordre de réduire leurs coûts. Le Nasscom, l'organisation professionnelle indienne des technologies de l'information, indiquait encore en février tabler sur une « croissance soutenue » du secteur pour les deux exercices 2009-2010 et 2010-2011.Il apparaît en réalité qu'Infosys, qui réalise plus de 60 % de son chiffre d'affaires aux États-Unis et plus d'un tiers avec le secteur des services financiers, est sévèrement pénalisé par les coupes de budget décidées par ses clients. Le patron des opérations du groupe a mentionné hier une enquête menée auprès de ses 135 premiers clients qui a montré que 89 % d'entre eux comptaient réduire leurs budgets informatiques cette année. Pour 61 % d'entre eux, la baisse serait supérieure à 10 %. pression sur les prixLe recul des budgets s'accompagne par ailleurs d'une tendance des clients à exercer une pression accrue sur les prix. Infosys table ainsi sur un recul du prix moyen de ses prestations de 6,5 % sur l'exercice à venir. Cela devrait contribuer à une baisse de trois points de sa marge opérationnelle, à quelque 30 %. Un tel niveau reste néanmoins très confortable, ses rivaux européens s'escrimant pour dépasser 7 % ou 8 %. Olivier Hensgeninfosys est pénalisé par les coupes de budget de ses clients, notamment américains.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :