Le Trésor américain se porte au secours des assureurs vie

 |   |  397  mots
Les assureurs vie américains s'apprêtent enfin à obtenir gain de cause. Six mois après avoir demandé, à l'instar des banques, à bénéficier du plan de soutien du secteur financier (Tarp), six établissements vont à leur tour être recapitalisés par le gouvernement fédéral. Selon le « Wall Street Journal », l'aide apportée au secteur s'élèvera, au total, à 22 milliards de dollars et devrait être disponible d'ici à un mois. Prudential, Lincoln National, Allstate, Principal Financial, Hartford Financial et Ameriprise, dont une partie substantielle de l'activité est consacrée à l'assurance-vie, ont reçu un accord préliminaire de l'administration afin d'obtenir cette aide. Prudential a toutefois précisé qu'il pourrait refuser cette offre. « Ces assureurs vie ont rempli les critères pour le Programme de recapitalisation des banques [Ndlr, CPP, un composant du Tarp] en raison de leur statut de holding bancaire, et parce que chacun d'entre eux avait demandé à recevoir une part du capital du programme avant le 14 novembre 2008 », explique le Trésor. Afin de bénéficier du Tarp, des assureurs vie ont acquis des savings and loans, des institutions financières communautaires spécialisées dans la collecte de l'épargne et les prêts au logement. C'est notamment le cas de Hartford Financial, qui doit être recapitalisé à hauteur de 3,4 milliards de dollars. Bien que l'assureur allemand Allianz ait déjà injecté 2,5 milliards de dollars dans le groupe à l'automne dernier, Hartford a encore besoin de restaurer ses fonds propres. Le groupe, qui a accusé une perte de 1,2 milliard de dollars au premier trimestre, a vu son action chuter de plus de 70 % en un an.recapitalisationLe gouvernement fédéral procède à cette nouvelle vague de recapitalisation du fait de l'importance économique du secteur : les assureurs vie jouent un rôle majeur dans l'épargne et la gestion de fortune tandis que les primes qu'ils perçoivent sont réinvesties dans des classes d'actifs très diversifiées. Or la dégradation de la notation des assureurs vie mine leur capacité à lever des fonds, alors que leur dette obligataire collective est estimée à 1.000 milliards de dollars. L'ouverture de capital portant sur 1 milliard de dollars annoncée lundi par Principal fait figure d'exception. Le Trésor était déjà intervenu dans le secteur de l'assurance en procédant à la quasi-nationalisation d'AIG, qui a perçu quelque 182,5 milliards d'aide fédérale.Éric Chalmet, à New York.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :