Le défi de la faim éclipsé par la crise

 |  | 274 mots
À quand un plan Paulson pour les affamés ? " La journée mondiale de l'alimentation, qui a lieu aujourd'hui, est placée sous le signe de l'amertume pour les militants de l'humanitaire. À côté des plans se chiffrant en centaines de milliards de dollars déployés pour sauver la finance mondiale, l'enveloppe nécessaire pour soigner les 19 millions d'enfants souffrant de malnutrition aiguë et sévère ne s'élève qu'à 3 milliards d'euros, rappellent-ils. " Depuis des années, aucune des promesses faites par la communauté internationale pour venir à bout de la faim et de la malnutrition n'a été tenue ", commente l'association Action contre la faim.925 millions de personnes souffrent de la faim aujourd'hui, " soit 75 millions de plus que l'an passé ", s'alarme le Comité français pour la solidarité. Et la situation va s'aggraver car les causes sont structurelles : insuffisance des investissements dans les agricultures familiales du Sud, concurrence déloyale des produits subventionnés des pays riches, renchérissement des prix alimentaires...UN FONDS MONDIALLors du sommet de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture en juin, les chefs d'État ont fait la promesse de mobiliser 6,5 milliards d'euros. Mais les ONG craignent que, une fois de plus, celle-ci ne soit pas tenue. Elles plaident pour la création d'un fonds mondial de lutte contre la faim. " Il faut permettre aux paysans du Sud d'augmenter leurs revenus et d'investir ", explique Henri Rouillé d'Orfeuil, président de Coordination Sud. Pour lui, " cela nécessite une plus grande transparence des circuits de l'aide vers les pays en développement dont beaucoup souffrent de l'évasion des capitaux et de la corruption, et la suppression des paradis fiscaux ".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :