Nouvelle dégradation du marché automobile européen

 |  | 431 mots
À quelques jours de la clôture du Mondial de l'automobile et de son ambiance de fête, le secteur automobile est brutalement rappelé à la réalité. Le mois de septembre n'a pas fait recette en Europe. Les ventes de voitures neuves reviennent au niveau de 1998, avec 1,3 million de véhicules neufs immatriculés, selon les statistiques publiées hier par l'Association des constructeurs automobiles européens (Acea). Sur le mois, la baisse est de 8,2 %. Ce repli succède à une chute de 15,7 % pour le mois d'août (805.000 unités immatriculées) et de 7,3 % en juillet (1,25 million). Depuis le début de l'année, le marché européen de l'automobile neuve continue de se dégrader. À fin septembre, il accuse un retard de 4,4 % sur les neuf premiers mois de l'année avec 11,7 millions de voitures vendues. Ce retard n'était que - 3,9 % un mois plus tôt.Dans ce contexte, la France fait figure d'îlot de prospérité grâce au système de bonus-malus qui incite les automobilistes à acheter des véhicules faiblement polluants. En septembre, le marché hexagonal a progressé de 8,4 % alors qu'il avait reculé de 7,4 % en août. Malgré la bonne tenue de leur marché domestique, les deux constructeurs nationaux n'échappent pas au marasme ambiant. Les immatriculations de PSA Peugeot-Citroën chutent de 9 % en septembre en Europe. Pour faire face à cette baisse, le groupe continue d'ajuster ses capacités de production. Vendredi dernier, il a ainsi annoncé que son usine de Mulhouse (Haut-Rhin) arrêtera son équipe de travail de nuit. Le groupe a annoncé qu'il précisera ses prévisions de vente pour 2008 à l'occasion de la publication dans dix jours de son chiffre d'affaires sur neuf mois. En juillet dernier, le groupe espérait encore une croissance de ses ventes mondiales de 5 % cette année.VW RESISTELes ambitions de Renault sont plus modestes. Il table sur des ventes 2008 " légèrement au-dessus du niveau de 2007 ". Sur le mois de septembre, Renault a mieux résisté à la crise en limitant son repli à 2,1 %. Mais il doit cette relative bonne performance à sa filiale d'entrée de gamme Dacia dont les ventes européennes s'envolent de 65,2 % en septembre pendant que celles sous la marque Renault chutent de 9,3 %. Le groupe PSA ne disposera pas avant 2011-2012 d'un modèle à bas prix en Europe.Reste que les deux constructeurs français ne peuvent que regarder avec envie le numéro un européen du secteur, le groupe VW (marques Volkswagen et Audi). En septembre, ses ventes restent en croissance de 1,4 % alors que son marché domestique, le plus important d'Europe, est en repli de 1,5 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :