" Le Cantal peine à recruter de la main-d'oeuvre qualifiée"

 |  | 379 mots
La CCI du Cantal, l'ANPE, la direction du travail et de l'emploi et le conseil général organisent en novembre une grande opération de séduction. Objectif : trouver 120 candidats susceptibles de pourvoir des postes qualifiés dans ce département rural du sud de l'Auvergne où règne le plein emploi.En quoi consiste cette opération ?Avec un taux de chômage de 4,6 % - l'un des plus bas de France -, nous connaissons un problème de recrutement de main-d'oeuvre qualifiée. Nous avons donc 120 emplois en CDI à proposer à des gens qui souhaiteraient s'installer dans le Cantal pour bénéficier d'un emploi et d'une excellente qualité de vie. Une opération sera organisée le 4 novembre à Paris pour le recrutement de cadres et techniciens qualifiés, puis le 20 novembre à Marseille en direction du BTP. C'est la première fois que les services de l'État et le privé s'associent dans une opérationconjointe d'une telle envergure.Quelles sont les entreprises qui recrutent ?Quasiment toutes les entreprisesdu secteur industriel : transformation du bois, plasturgie, informatique, agroalimentaire et même des entreprises de niche comme deslabos ultraspécialisés.Quels sont les profils recherchés ?Aussi bien des bac + 2 que des techniciens qualifiés, des ingénieurs, des cadres supérieurs, des chaudronniers, sans oublier les professions médicales. Par exemple, nous avons une proposition pour un radiophysicien à 8.000 euros par mois qui, jusque-là, n'a pas trouvé preneur !Est-ce si difficile d'attirer des candidats dans le Cantal ?Nous souffrons injustement d'une mauvaise image. Les gens s'imaginent tous que nous n'avons besoin que d'agriculteurs ! Nous avons bien autre chose à proposer. De jeunes couples qui recherchent la sécurité, le logement pas cher et une vraie qualité de vie sont assurés de trouver tout cela ici.Pourquoi avoir choisi Paris et Marseille ?À Paris parce qu'il y a traditionnellement des réseaux de Cantaliens et d'Auvergnats très actifs, via le secteur associatif, et Marseille parce que le taux de chômage y est très important. Nous avons déjà des exemples d'entreprises qui ont recruté sur ce secteur. Les gens recherchent à la fois un emploi mais aussi la sécurité - nous sommes le département le plus sûr de France - et une bonne qualité de vie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :