La crise menace le lancement de la réforme de La Poste

 |  | 397 mots
La réunion de la commission sur l'avenir de La Poste, présidée par l'ancien directeur général d'EDF François Ailleret , qui se tient aujourd'hui, est à haut risque. Certains des syndicats, notamment FO et SUD PTT, menacent de claquer la porte de ce groupe de travail. " Si nous n'obtenons pas dès aujourd'hui l'assurance que cette démarche sert à quelque chose, nous quittons la commission ", assure Régis Blanchot, représentant de SUD PTT au sein de la commission Ailleret. " Nous ne le souhaitons pas mais nous sommes prêts à partir, en l'absence de rappel à l'ordre de la commission rappelant qu'aucun projet, ni calendrier, n'est pour l'heure décidé pour La Poste ", insiste le secrétaire général adjoint de FO Com, Michel Pesnel.Les deux syndicats expliquent leur mauvaise humeur par " l'attitude de Jean-Paul Bailly [PDG de La Poste, Ndlr.], qui continue à annoncer que le changement de statut de La Poste en société anonyme aura lieu, et ce dès 2010 ", note Régis Blanchot. Ce projet, dit Bailly, vise une ouverture de capital et une entrée en bourse de l'entreprise publique, à hauteur de 30 % (soit près de 3 milliards d'euros) en 2011. Or, le gouvernement semble aujourd'hui réservé sur ce choix. " Allez dire aux Français, en pleine crise financière, que le capital de La Poste peut être ouvert au marché dans le cadre de la crise ", ironise une source proche du dossier.L'ÉTAT N'A PRIS AUCUNE DECISIONParmi les solutions pour l'heure mises en avant, le gouvernement semble plus enclin à étudier celle de l'entrée de la Caisse des dépôts, alors que son directeur général Augustin de Romanet a offert ces services en ce sens. Mais Jean-Paul Bailly ne cache pas ses réticences : " Il faudrait s'assurer que l'Union européenne n'y voit pas une aide d'État ", explique-t-il dans une newsletter interne distribuée aux managers de La Poste la semaine dernière. L'État, qui promet d'être attentif aux travaux de la commission, n'a pris aucune décision. Même pas celle de repousser ce dossier, d'autant plus délicat en temps de crise financière ? La remise du rapport de la commission Ailleret, crée par Nicolas Sarkozy le 26 septembre, a déjà été repoussée au 15 décembre. Et " deux mois, c'est encore court ", reconnaît un proche du dossier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :