Les cartes de fidélité deviennent stratégiques face à la crise

 |  | 406 mots
Pour son offre de téléphonie mobile, Système U martèle un slogan : " Désormais, avec la carte U, vos courses vous permettent de téléphoner. " Le tout à la télévision, à la radio et via des milliers de mailings auprès des 5 millions de personnes qui détiennent sa carte de fidélité. L'enseigne, qui lance sa gamme deux ans après l'assaut porté par Auchan, puis Carrefour, Leclerc et autre Casino sur le marché de la téléphonie mobile, se différencie de ses concurrents en entonnant le petit refrain des atouts de la fidélité. Système U propose aux plus dépensiers de ses clients de troquer leurs points de fidélité contre " des minutes de communication et des SMS " . À défaut de pouvoir se battre sur le prix, puisqu'elle est liée à Orange par un accord de licence, l'enseigne fait donc miroiter la gratuité à ses clients.S'équiper gratis est dans l'air du temps. Quel Français aujourd'hui ne compte pas sur un bon d'achat de fidélité pour comprimer ses dépenses quotidiennes ? " On constate des comportements addictifs sur la collecte de points via les cartes de fidélité ", estime Quentin Sannié, consultant chez Mandragore. Un phénomène porté par le débat sur le pouvoir d'achat et dont le réseau Smiles profite à plein. Le programme de fidélité de 13.000 points de vente (dont Monoprix et la SNCF) compte 18 millions de cartes actives. " Le nombre de demandes de cadeaux est en croissance constante. Et, parmi les primes demandées, la part des bons d'achat progresse ", reconnaît Catherine Ducry, directrice générale adjointe du GIE Smiles.LES NERFS DE LA GUERREEn offrant des minutes gratis, Système U s'inscrit dans le droit-fil de cette tendance. Elle n'est pas la seule. Les cartes de fidélité sont devenues les nerfs de la guerre. Carrefour utilise actuellement sa base de données de 10 millions de clients et ses fameux chèques à encaisser en banque pour relancer ses ventes en France. Les initiatives se multiplient aussi en dehors du circuit alimentaire. Total , dont la clientèle a fui vers les stations-service d'hypermarchés, vient de lancer une carte bancaire Visa pour précisément la récupérer. Elle assure des remises de 3 % à 9 % dans les stations Total. Crise oblige : pour fidéliser sa clientèle, une enseigne doit maintenant avancer des arguments sonnants et trébuchants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :