Coca et Pepsi ne marchent plus de concert en Bourse

 |  | 373 mots
La ressemblance boursière entre Coca-Cola et PepsiCo pourrait bientôt s'atténuer. Hier, avant l'ouverture de Wall Street, les actions des deux fabricants américains de boissons sans alcool accusaient chacune un décrochage de 28 % depuis janvier. Et offraient, l'une comme l'autre, une valorisation de l'ordre de 14 fois le bénéfice net par action estimé pour 2008, selon les données de l'agence Bloomberg.Mais Coca-Cola a creusé l'écart hier, après la publication de ses résultats trimestriels, salués par un bond de 5,15 %, à 45,96 dollars, de son cours. Le premier producteur mondial de soft drinks a soldé le troisième trimestre par une envolée de 17 % de son bénéfice net par action, à 83 cents, un montant supérieur de près de 8 % à la prévision moyenne des analystes interrogés par l'agence Reuters. Tout le contraire de PepsiCo qui, la veille, avait confessé un recul de 9,6 % de son résultat par action au troisième trimestre.MEILLEURE DIVERSIFICATION GEOGRAPHIQUE POUR COCASi Coca-Cola s'en sort mieux que son concurrent, c'est parce que le groupe présente une meilleure diversification géographique. La firme d'Atlanta, qui a fait de son expansion internationale un cheval de bataille, réalise à l'étranger près de 53 % de son chiffre d'affaires total, ressorti à 8,4 milliards de dollars au troisième trimestre, en hausse de 9 %. Chez PepsiCo, la part des revenus tirés de l'international n'excède pas 40 %. Un sérieux désavantage, à l'heure où, baisse de leur pouvoir d'achat oblige, les Américains restreignent leur consommation de sodas pour se rabattre sur... l'eau du robinet. De fait, les ventes, en volumes, de Coca-Cola ont diminué de 2 % en Amérique du Nord, de juillet à septembre, alors qu'elles ont progressé de 7 % à l'étranger. Avec une mention particulière pour la Chine et l'Inde, ces deux pays émergents jouant parfaitement leur rôle de relais de croissance.De plus, Coca-Cola possède une longueur d'avance sur Pepsi, en matière d'adaptation de sa structure de coûts de production à la cherté des matières premières. Dès cet été, le groupe avait annoncé son intention d'économiser entre 400 millions et 500 millions de dollars par an, d'ici à la fin 2011. Pepsi a emboîté le pas à son rival hier seulement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :