L'ancien PDG de Theolia rebondit en Bourse avec Athanor

 |  | 460 mots
Jean-Marie Santander ne veut pas régler ses comptes. Mais après la tourmente traversée par son ancienne société et les nombreuses rumeurs, notamment de faillite, l'ancien PDG de Theolia tient à expliquer les raisons de sa démission. Et de la détérioration de ses relations avec General Electric Energy Financial Services (GEEFS), premier actionnaire du producteur d'électricité éolienne depuis mars 2007. " Contrairement à ce qui a été dit, je n'étais pas opposé à une OPA ou à une OPE, bien au contraire. La divergence fondamentale portait sur la stratégie à conduire. GEEFS souhaitait que Theolia se concentre sur la croissance organique en Europe de l'Ouest et à l'exploitation de ses centrales éoliennes, pour dégager le maximum de revenus et donc de dividendes. Je pense que cette volonté de transformer la société en pure utilitie arrive trop tôt et que Theolia doit encore croître, notamment par acquisition, avant d'atteindre la taille critique que j'avais planifiée pour fin 2011 avec environ 2.000 MW construits. "Jean-Marie Santander reconnaît que son actionnaire lui a laissé les mains libres pendant un an. Mais " depuis le printemps, il ne cessait de me demander de me concentrer sur l'Europe de l'Ouest et d'arrêter les autres investissements, notamment dans les pays émergents que j'estime comme le véritable relais de croissance de l'éolien à l'heure actuelle ". Le conseil d'administration tenu fin août pour valider la nouvelle stratégie prônée par GEEFS constituera le point de rupture. Jean-Marie Santander accepte de la présenter au marché mais demande que la direction du géant le soutienne publiquement alors que l'action Theolia s'écroule. Cet appui ne viendra pas.ENERGIE SOLAIRE, BIOGAZ ET AGROCARBURANTSS'il reste actionnaire de Theolia, à hauteur d'environ 2 %, et assure n'avoir vendu aucun titre, Jean-Marie Santander a déjà lancé une nouvelle affaire dans les énergies renouvelables. Épaulé par plusieurs associés, il a ainsi apporté 50 millions d'euros pour créer Athanor Equities dont l'objectif est d'investir dans l'énergie solaire, le biogaz et les agrocarburants, des domaines d'activité non couverts par Theolia. Plusieurs entreprises ont été achetées et Athanor devrait réaliser cette année 19 millions d'euros de chiffre d'affaires. Selon les projections présentées aux investisseurs, elle pourrait dégager 96 millions de chiffre d'affaires en 2009 avec 53 % de marge brute opérationnelle.Jamais en manque d'ingéniosité financière, Jean-Marie Santander a même déjà réussi à coter Athanor en Bourse ! Créée sous forme de société d'investissement en capital à risque (Sicar), un statut de droit luxembourgeois, l'entité a été introduite à la Bourse du grand-duché le 9 octobre. Et capitalise déjà 400 millions d'euros. La direction d'Athanor envisage de demander dans les prochaines semaines un transfert de la cotation de la société sur Euronext.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :