Chantier informatique pharaonique aux Caisses d'Épargne

 |   |  456  mots
Fin octobre, la branche informatique du Groupe Caisse d'Épargne a attiré sur son fonctionnement une attention dont elle se serait bien passée. À la suite du changement d'un ensemble de stockage de données, une procédure a mal fonctionné. Le système a été relancé et, ce faisant, a récupéré des fichiers temporaires du process défectueux. Le résultat ? Des milliers de comptes clients ont été débités ou crédités deux fois. Tout est rentré dans l'ordre depuis mais ce type de « cata de chez cata », comme on le dit au sein du groupe, a de quoi mécontenter les clients. Pourtant, la branche informatique du groupe travaille à la construction d'un nouveau système d'information censé améliorer la relation client.Le projet s'appelle « Mysys » pour « My System ». Il a été décidé mi-2006 et consiste à rassembler en un seul système d'information trois systèmes existants. Ce chantier, qui mobilise l'équivalent de 2.000 années hommes, « est sans doute l'un des plus grands projets informatiques de la décennie en France », assure Jean Decker, président du directoire de CGE Technologies, la division informatique du groupe. Il sera terminé courant 2010. Capgemini accompagne le groupe, aidé en partie par BT.garantir le sAVLa réunion sur un tronc commun doit permettre de réaliser des économies annuelles de l'ordre de 115 millions d'euros, alors qu'aujourd'hui la dépense informatique du groupe est d'environ 600 millions d'euros. Les économies portent sur les licences d'exploitation, les matériels et l'infrastructure, sur les développements spécifiques qui n'ont plus besoin d'être réalisés deux ou trois fois, etc. S'il ne refuse pas le principe des logiciels Open Source, Jean Decker veut s'assurer qu'il aura la garantie d'un service après-vente avant de les employer.Cependant, la refonte du SI n'est pas seulement une mission de réduction des coûts. En premier lieu, il fera disparaître les silos de données puisqu'il n'y aura plus qu'un seul identifiant bancaire par client. Dans la pratique, le client de Marseille pourra se présenter sans problème à un guichet de Lille pour déposer un chèque. Le nouveau système doit favoriser le développement des ventes multicanal, en agence et sur Internet, et améliorer l'utilisation des automates bancaires (diffusion d'informations commerciales personnalisée). Ensuite, au niveau de la gestion interne, il doit faciliter la remontée d'informations vers les différents métiers du groupe (décisionnel, business intelligence) et donc permettre de mieux maîtriser les risques. Ce projet, qui a mobilisé 800 des 2.300 salariés de la branche informatique, mettra à la disposition de tout le groupe une nouvelle boîte à outil pour atteindre ses objectifs. Pascal Boulard

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :