Ankara multiplie les cadeaux avant les élections municipales

 |   |  504  mots
C'est la pire année de toute ma carrière. On a vraiment touché le fond. » Dans son atelier du quartier stambouliote d'Eminönü, Murat Duman, bijoutier spécialisé dans le travail de l'argent, broie du noir face à l'ampleur de la crise économique. Il a dû se séparer d'une partie de son équipe et pousse sa secrétaire, à ses côtés depuis seize ans, à entreprendre des démarches professionnelles ailleurs.Même constat devant la gare ferroviaire où se pressent une centaine de chauffeurs de camions qui attendent de recevoir du travail. « Aujourd'hui, il n'y a personne, fait remarquer l'un d'entre eux. Les gens ne se déplacent plus car ils savent qu'ils ne trouveront rien. Qui est épargné par la crise ? Moi, cela fait trois mois que je viens tous les jours et que je repars quasi bredouille. Rien ne sort des usines alors que pouvons-nous transporter ? »à deux semaines d'élections municipales qui permettront de soupeser l'influence de l'AKP, le parti au pouvoir depuis 2002, les mauvaises nouvelles pleuvent sur l'économie turque. Les exportations ont chuté de 35 % en février par rapport à février 2008 et la production industrielle de 17,6 % en décembre. Le chômage bat des records (13,6 % de la population active) notamment auprès des jeunes (23,9 %). Des chiffres qui ne tiennent pas compte de l'économie parallèle.baisse de la TVa « Les conditions économiques vont influencer les électeurs mais pas d'une manière très importante, car ceux-ci ne rendent pas le gouvernement responsable de cette crise et nombreux sont ceux qui estiment qu'il n'y a pas d'alternative à l'AKP », explique Burhan Senatalar, de l'université Bilgi d'Istanbul.Mehmet Dogan, travailleur journalier dans le souk d'Eminönü, est l'un d'entre eux. « Le gouvernement fait ce qu'il peut, il nous aide et n'est pour rien dans cette crise qui est mondiale. » à l'approche des élections, le gouvernement turc multiplie les gestes en direction de ses électeurs de base. Vendredi dernier, il a annoncé une réduction pendant trois mois des impôts sur le logement, l'automobile ou l'électroménager, pour relancer la demande. Ainsi, la TVA sur les logements neufs passera de 18 % à 8 %, a promis le Premier ministre. Coût de ces nouvelles mesures : 2,5 milliards d'euros. En février, il avait déjà abaissé le prix du gaz et, grâce à ses relais au sein de la société civile, distribue du charbon et de l'aide alimentaire. Dans la province à majorité kurde de Tunceli, des réfrigérateurs ont même été offerts à des villageois totalement isolés. « C'est bien de distribuer des frigos mais y a-t-il quelque chose à mettre dedans ? ironise Murat Duman. Qu'on nous donne du travail à la place. »Depuis le début 2008, le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan a passé plusieurs paquets de réformes mais sans grande visibilité. « Il y a un problème de contenu et de présentation de ces mesures. Conséquence, les cercles économiques ne sont pas convaincus. » Le parti au pouvoir, lui, se dit confiant et vise 50 % des suffrages aux élections municipales du 29 mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :