Ouverture de la procédure de déficit excessif contre la France aujourd'hui

 |   |  372  mots
La Commission européenne ouvre la procédure du fait que le déficit de la France s'éloigne trop de la valeur de référence de 3 % du PIB, à plus 4 %, et ce pour plusieurs années. Même chose pour la Grèce et l'Espagne. Cela dit, l'ouverture d'une telle procédure ne signifie pas une sanction automatique. L'affaire est en effet à l'appréciation du conseil des ministres de l'Ecofin. Ils pourraient se montrer flexibles en cette période de crise économique.Le principal parti d'opposition à Silvio Berlusconi, le Parti démocrate (PD) de centre gauche, a perdu son chef, Walter Veltroni. Le secrétaire national, âgé de 53 ans, a rendu hier son tablier après un an et demi à la tête de cette nouvelle formation réunissant les héritiers de l'ancien Parti communiste italien (PCI) et ceux de l'aile gauche de la démocratie chrétienne. Walter Veltroni, qui voulait incarner une gauche de type Blair ou Obama, tire ainsi la conséquence de la cuisante défaite de son parti et de son candidat (Renato Soru) aux élections régionales de Sardaigne.Israël va investir 72,6 millions de dollars dans un plan visant la création de 10.000 nouveaux emplois par an. Au programme : construction d'infrastructures, formation professionnelle et crédits pour les PME. Ce plan fait partie d'un ensemble plus vaste de stimulation économique (5,2 milliards de dollars) adopté en novembre dernier. L'activité économique israélienne devrait se contracter de 0,2 % cette année. Avec 19,719 destructions d'emplois en janvier ? un record ?, le marché du travail est particulièrement mal orienté. Environnement. L'agence de protection de l'environnement américaine, Environmental Protection Agency (EPA), a annoncé qu'elle allait revoir le document présidentiel émis dans les derniers jours de l'administration Bush et qui aurait facilité l'approbation de nouvelles centrales électriques à charbon.Commerce. Incluse dans le plan de stimulation économique qui devait être promulgué hier par le président Barack Obama, la clause protectionniste du « buy american » irrite particulièrement Brasilia, qui envisage du coup de porter l'affaire devant l'organe de règlement des différends de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Le Brésil a attaqué les États-Unis à plusieurs reprises dans le passé et enregistré un certain succès.MARCOU/AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :