La Fed planche sur sa nouvelle politique

2 mn

La Banque d'Angleterre, qui a annoncé à l'issue de sa dernière réunion un programme de rachats d'emprunts d'État ? l'assouplissement monétaire quantitatif au sens propre du terme ? va-t-elle faire école?? C'est la question que se posent les observateurs, alors que se sont ouverts hier les conseils de deux jours de la Banque du Japon et de la Réserve fédérale américaine, et que toutes deux ont épuisé l'arme conventionnelle des taux. La première a ramené le loyer de l'argent à 0,1 % en décembre et la seconde a opté le même mois pour une fourchette d'encadrement du taux cible des fonds fédéraux comprise entre 0 % et 0,25 %.La Banque du Japon devrait y regarder à deux fois avant de renouer avec un programme de rachat de titres de la dette publique qui n'avait pas fait ses preuves, lorsque l'archipel se débattait avec la déflation au début des années 2000. D'autant qu'elle a déjà mis en ?uvre un certain nombre d'outils non orthodoxes?: elle a commencé à acheter massivement des obligations d'entreprises (de maturité un an), des titres détenus par des banques nippones et des billets de trésorerie, a pris l'initiative de rémunérer les réserves obligatoires et multiplié les opérations de refinancements exceptionnelles. Et hier, alors que débutait son conseil, la banque centrale de Tokyo a annoncé qu'elle allait prêter 10 milliards de dollars aux banques, sous forme de prêts subordonnés. Objectif?: permettre aux banques de renforcer leur capital et de compenser les pertes liées aux dépréciations d'actifs, les incitant à desserrer le robinet du crédit, face aux demandes de prêts des entreprises.La Réserve fédérale, de son côté, devrait une nouvelle fois différer le projet qu'elle caresse d'acheter des bons du Trésor, pour se concentrer sur les achats de titres hypothécaires des deux géants du secteur sous perfusion, Fannie Mae et Freddie Mac, pour aider à la cicatrisation du marché immobilier qui a réservé une surprise hier. Les mises en chantier de février ont bondi de 22,2 %, tandis que les permis de construire ? indicateur avancé ? augmentaient de 3 %. Autre priorité de la Fed?: le Talf, qui devrait démarrer le 19 mars. Sous ce sigle barbare se cache l'énorme programme de soutien à la consommation, qui portera initialement sur 200 milliards de dollars et pourrait atteindre jusqu'à 1.000 milliards, via des apports de liquidités sur le marché des titrisations de crédits à la consommation et d'aide à l'investissement des PME.Il serait donc prématuré pour la Fed de s'aventurer plus loin dans l'assouplissement quantitatif. À moins qu'elle ne soit séduite par les résultats de l'expérience britannique. Depuis le 5 mars, date de la dernière réunion de la Banque d'Angleterre, les taux à dix ans outre-Manche ? les gilts ? se sont détendus de 80 points de base, pour refluer jusqu'à un plancher absolu de 2,85 %, tandis que celui des T-notes, les emprunts d'État américains de même échéance, évoluaient sans réelle tendance autour de 2,95 %.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.