La zone euro vue par le Nobel

2 mn

Paul Krugman s'inquiète davantage pour l'Europe que pour les États-Unis. Le Prix Nobel de l'économie 2008 constate dans son influente chronique pour le « New York Times » que, face à la crise, elle ne trouve pas la réponse adéquate. Il ne s'agit pas tant de remettre en cause les États providence du Vieux Continent. Non seulement pour Krugman, ils ne sont en rien responsables de la situation. Au contraire, à ses yeux, ils amortissent les conséquences néfastes de la crise. Non ! Le principal problème pour l'Europe, contrairement aux États-Unis, c'est l'incapacité de ses membres à coordonner leurs politiques. Ce qui manque, c'est un leadership. C'est particulièrement criant en matière de politiques budgétaire et monétaire. Les plans de relance sont trop faiblement dotés et leur application trop lente. Même une institution comme la Banque centrale européenne conduit une politique beaucoup moins active en comparaison de celle de la Réserve fédérale. Ces dernières semaines, chaque État de la zone a été tenté de répondre pour son propre compte en prenant soin que son plan de relance ne profite pas au gouvernement voisin. Ce prudent égoïsme est négatif pour tous. Krugman prend l'exemple de l'Espagne, qui a profité d'une bonne croissance liée au boom immobilier. L'éclatement de la bulle du secteur pénalise le pays, qui, ne pouvant jouer de la dévaluation de sa monnaie, devrait peser sur les salaires. Krugman pointe donc un hiatus, qui n'est pas nouveau mais que la crise a rendu encore plus évident : l'intégration économique et monétaire de l'UE est trop en avance sur celle des institutions politiques. Au final, l'euro se révélerait-il une erreur ? Peut-être ? répond le Prix Nobel. À moins que les dirigeants européens fassent preuve d'une volonté plus affirmée de faire passer l'intérêt général européen sur les intérêts particuliers des états. En posant la question, Krugman semble en douter !

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.