La SEC réexamine les ventes à découvert

2 mn

Si Wall Street a donné ces derniers jours des signes de mieux, les autorités américaines semblent prêtes à parer à toute éventualité. La Securities & Exchange Commission (SEC) se penchera le 8 avril prochain sur la nécessité d'imposer un test de prix avant l'exécution d'un ordre de vente à découvert, pour éviter une spirale baissière. Accusée d'avoir amplifié la chute des valeurs financières l'an passé, cette opération de vente d'un titre non détenu a été tout simplement prohibée en septembre dernier sur les valeurs financières américaines. Avant d'être à nouveau autorisée un mois plus tard. Mais, depuis, certains patrons et élus américains se relayent pour exiger une restriction de la vente à découvert. C'est d'ailleurs Barney Frank, le président de la commission des Services financiers à la Chambre des représentants, qui s'est chargé la semaine passée de révéler le calendrier de la nouvelle présidente de la SEC, Mary Schapiro. Lundi encore, selon le « Wall Street Journal », deux représentants démocrate et républicain, Ted Kaufman et Johnny Isakson, ont déposé un projet de loi exigeant le retour de l'« uptick rule ».Cette règle impose qu'une vente à découvert ne soit exécutée que si elle se fait un à prix supérieur ou égal au dernier cours coté. Elle avait été adoptée par la toute jeune SEC en janvier 1938, en pleine débâcle boursière, après avoir été une simple recommandation faite aux Bourses en 1935. Au sortir du krach de 1929, synonyme d'une correction de 86 % jusqu'en 1932, Wall Street venait alors de tenter une reprise? pour rechuter de 54,5 % entre mars 1937 et mars 1938. Le biais haussier imposé à la vente à découvert est resté de mise durant près de soixante-dix ans. La SEC n'a décidé de sa suppression qu'en juin 2007, arguant alors de l'évolution des marchés (davantage automatisés) et des stratégies de négociation qui avaient conduit à de nombreuses exemptions, mais aussi de la décimalisation. Jusqu'en janvier 2001, Wall Street a fonctionné avec des cotations en fractions, multiples du huitième (1/8). Le passage à la décimale a permis de réduire le pas de cotation et donc la hauteur de la marche en cas de vente à découvert.coupe-circuitEn 2007, certains intervenants avaient souhaité un système de secours en cas de forte baisse, un coupe-circuit. La SEC n'avait pas retenu l'idée alors. Le mois prochain, elle pourrait revenir en arrière, en étudiant l'opportunité de proposer à nouveau la règle du biais haussier (non sans coût pour les intermédiaires) ou une alternative. L'issue de la réunion sera probablement suivie du côté de l'Autorité des marchés financiers française, qui consulte actuellement sur le régime permanent des ventes à découvert et pose la question de l'opportunité d'introduire ce biais haussier. C. FR.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.