Une étude décortique les évolutions de la fonction de « supp...

2 mn

EMPLOILe profil du manager logistique décryptéSupply chain manager » (SCM) : ces dernières années, l'appellation a fleuri. L'Association française pour la logistique (Aslog) vient de publier les résultats d'une enquête réalisée par Laurent Livolsi, maître de conférence à l'université de la Méditerranée (Aix-Marseille-II) et chercheur au Cret-Log. Un travail qui s'est intéressé à l'évolution de la fonction à partir de l'étude des offres d'emploi publiées dans la presse professionnelle (spécialisée ou non) et les publications académiques. Pourquoi ce biais ? « Pour avoir une approche prospective, répond Laurent Livolsi. Une offre d'emploi est révélatrice du poste tel qu'on voudrait le construire. Cette enquête permet d'avoir des chiffres, de confirmer des intuitions », mais aussi de dresser le portrait du SCM tel qu'il est aujourd'hui.intérêt à démontrer Premier enseignement de l'étude, les SCM se retrouvent essentiellement (69 %) chez des industriels du secteur des biens d'équipement ou de consommation. Et ce sont majoritairement (50 %) des créations de postes. « Beaucoup d'entreprises, quelle que soit leur taille, n'ont pas de fonction supply chain ou logistique et s'interrogent sur l'intérêt d'une telle fonction », commente Laurent Livolsi. Dès lors, le rattachement hiérarchique du SCM est très différent : tantôt membre de la direction générale, ce manager peut aussi dépendre de la direction des opérations ou de la direction industrielle. dépossedé des achatsQuant à son périmètre d'activité, il est transversal et sort très largement du simple champ de la logistique. Ou du moins, il le devrait : « Dans la réalité, l'ancrage logistique reste très fort, reconnaît Laurent Livolsi. Cependant, dans certains cas, la frontière avec la direction industrielle a tendance à s'estomper. Le SCM a alors des prérogatives sur les prévisions des ventes et la réalisation des plans industriels et commerciaux. »En revanche, le SCM se voit de plus en plus souvent dépossédé des achats, une fonction indépendante en pleine émergence. « La fonction achats est aujourd'hui une des plus visibles et qui a le plus de crédibilité stratégique dans l'entreprise, analyse Laurent Livolsi. Même si elle est très prédatrice en termes de périmètre d'activité ? aujourd'hui tout ?s'achète? ?, elle n'entre que très rarement dans le champ du SCM. » « La fonction supply chain se cherche finalement encore un espace dans l'entreprise entre une différenciation pas encore bien marquée avec la logistique et une tutelle de la direction des opérations, sans parler d'une indépendance affirmée de la fonction achats », conclut l'enquête. Béatrice Delamotte

2 mn