Jean-Joseph Boillot

 |   |  242  mots
Économiste, conseiller au club du CepiiQuels dangers guettent la démocratie indienne ? On parle de l'Inde comme de la plus grande démocratie du monde, c'est un fait historique. Mais favorise-t-elle le développement et les capacités individuelles, selon l'expression de l'économiste Amartya Sen ? En fait, le modèle démocratique est en transition depuis une quinzaine d'années et cherche son équilibre entre l'expression des droits et l'efficacité socio-économique.N'est-il pas logique que le Congrès se soucie des pauvres ? Certes, mais à ce titre le pouvoir a sacrifié des mesures qui auraient été favorables à l'emploi ou aux infrastructures dont les carences minent la croissance et la rendent inégalitaire. La bonne tenue des partis locaux amplifie le phénomène. L'épisode le plus emblématique a été l'échec de l'usine du groupe Tata, qui devait fabriquer la voiture Nano dans le Bengale-Occidental.Une politique sociale ne se justifie-t-elle pas en Inde ? En dépit d'un vrai décollage économique, l'Inde n'a pas notablement amélioré ses indicateurs sociaux. Elle se situe juste au-dessus de l'Afrique. 90 % de la main-d'?uvre travaille dans l'économie informelle, souvent dans des conditions misérables. Les réformes du marché du travail et de la sécurité sociale patinent. L'accès à l'éducation et à la santé se restreint de plus en plus aux classes moyennes supérieures. Propos recueillis par L. C.« L'Inde, entre clientélisme et croissance pour tous. »flashinterview

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :