Jean-Joseph Boillot

Économiste, conseiller au club du CepiiQuels dangers guettent la démocratie indienne ? On parle de l'Inde comme de la plus grande démocratie du monde, c'est un fait historique. Mais favorise-t-elle le développement et les capacités individuelles, selon l'expression de l'économiste Amartya Sen ? En fait, le modèle démocratique est en transition depuis une quinzaine d'années et cherche son équilibre entre l'expression des droits et l'efficacité socio-économique.N'est-il pas logique que le Congrès se soucie des pauvres ? Certes, mais à ce titre le pouvoir a sacrifié des mesures qui auraient été favorables à l'emploi ou aux infrastructures dont les carences minent la croissance et la rendent inégalitaire. La bonne tenue des partis locaux amplifie le phénomène. L'épisode le plus emblématique a été l'échec de l'usine du groupe Tata, qui devait fabriquer la voiture Nano dans le Bengale-Occidental.Une politique sociale ne se justifie-t-elle pas en Inde ? En dépit d'un vrai décollage économique, l'Inde n'a pas notablement amélioré ses indicateurs sociaux. Elle se situe juste au-dessus de l'Afrique. 90 % de la main-d'?uvre travaille dans l'économie informelle, souvent dans des conditions misérables. Les réformes du marché du travail et de la sécurité sociale patinent. L'accès à l'éducation et à la santé se restreint de plus en plus aux classes moyennes supérieures. Propos recueillis par L. C.« L'Inde, entre clientélisme et croissance pour tous. »flashinterview

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.