Une hirondelle dans le ciel des hedge fundsEt si l'intermina...

 |  | 314 mots
Une hirondelle dans le ciel des hedge fundsEt si l'interminable hiver des hedge funds prenait fin? après deux années comme la profession n'en avait jamais vécu. En 2007, l'année avait été bonne. La hausse des encours avait été de 400 milliards de dollars, c'est-à-dire de plus de 25 %. Mais on avait fait de l'industrie un « fauteur de troubles », la cause ? ou l'une des causes ? de l'extension de la crise du subprime. 2008 a suivi un chemin inverse. L'évidence s'est imposée. Les hedge n'étaient pour rien dans le trou noir de l'économie mondiale. Mais, en revanche, ils ont chèrement payé la crise de liquidités et l'aversion au risque dont a été victime la planète financière après la faillite de Lehman Brothers. La totalité des 400 milliards gagnés en 2007 s'est évaporée. Une violente décollecte s'est ajoutée à la baisse des indices boursiers. La sanction n'a pas tardé. Malgré le soutien des régulateurs, notamment en France, près de mille fonds ont été liquidés dans le monde. C'est presque 10 % de l'industrie. Début 2009, la météo n'a pas été plus clémente. La décollecte (? 85 milliards de dollars) s'est poursuivie et plus de 400 fonds ont fermé au premier trimestre. Enfin, les responsables politiques se sont invités dans ce paysage dévasté. Le 2 avril, le G20 a amalgamé les hedge funds aux paradis fiscaux et réglementaires. L'industrie sait aujourd'hui qu'elle n'échappera pas à un durcissement de sa réglementation. Bruxelles est déjà à pied d'?uvre. Le commissaire Charly McCreevy a présenté le 29 avril un projet de directive que la profession juge globalement inappropriée. Mais l'hiver des fonds pourrait s'achever. Depuis avril, les chiffres de la collecte semblent se retourner. Enfin, une bonne nouvelle, même si l'on sait qu'une hirondelle ne fait pas le printemps.pagay@latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :