éducationDernière ligne droite pour les missions sur la réfo...

éducationDernière ligne droite pour les missions sur la réforme du lycéePar Clarisse Jay Les missions sur le lycée touchent à leur fin, et leurs conclusions seront connues incessamment sous peu. Richard Descoings, chargé d'une mission de concertation par le chef de l'État en janvier, doit rendre un rapport d'étape ces jours-ci, voire dès aujourd'hui, après avoir rendu visite à plus de 70 lycées et recueilli de nombreuses contributions sur le blog créé à cet effet (plus de 400.000 visites). La consultation menée par le directeur de Sciences po Paris vise à esquisser le lycée de demain et à remettre à plat la réforme de Xavier Darcos, le ministre de l'Éducation nationale, renvoyé dans ses buts en décembre dernier. De son côté, la mission parlementaire initiée par le député Benoist Apparu (UMP, Marne) et présidée par Yves Durand (PS, Nord) est « quasiment bouclée », confie Benoist Apparu. Elle doit rendre publiques ses préconisations le 27 mai. Parallèlement sont menés d'autres travaux de réflexion (UMP Lycées, lycéens indépendants, etc.) alors que le ministère de l'Éducation nationale, qui ne compte pas lâcher prise, a dévoilé mi-avril la liste des 123 lycées sélectionnés pour expérimenter certains aspects de sa réforme à la rentrée de 2009.De ce fourmillement de consultations émergent plusieurs grandes pistes convergentes. « Nous tournons tous autour des mêmes idées car nous faisons tous les mêmes analyses », constate le député UMP. Améliorer l'orientation, la liaison avec le supérieur et instaurer des heures d'accompagnement (en allégeant éventuellement l'emploi du temps global) sont des évidences pour les missions Apparu et Descoings. Émerge aussi la nécessité d'offrir de « vrais débouchés » aux bacheliers. « Nous devons régler le problème des portes de sortie avant tout », insiste Benoist Apparu, partisan de l'instauration de quotas pour les bacheliers technologiques dans les IUT, préemptés par les bacheliers généraux. « Aujourd'hui, on compte seulement 30 % de bacheliers technologiques dans les IUT, contre 40 % en universit頻, regrette le député.PasserellesAutre grande idée, le rééquilibrage des filières générale, technologique et professionnelle grâce à une « spécialisation progressive » au lycée et une « respécialisation » des terminales (notamment la S, jugée trop généraliste et qui aspire tous les bons élèves). Dans le même ordre d'idée se pose la question de la mise en place de passerelles entre les trois filières pour favoriser la « réorientation » et participer à la revalorisation des filières professionnelle et technologique. La mission parlementaire devrait d'ailleurs préconiser l'obligation d'enseignements technologiques.Des pistes qui ont déjà trouvé un écho dans le rapport sur la diversité et l'égalité des chances remis le 7 mai au président de la République par Yazid Sabeg. Le commissaire à la diversité et à l'égalité des chances préconise notamment un bilan d'orientation pour tous les élèves de seconde ainsi que la revalorisation des filières technologiques. nLes consultations menées par Richard Descoings et la mission parlementaire sont bouclées. Certaines préconisations se rejoignent.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.