Un nouveau rôle anticrisepour la réserve fédéraleL'administr...

 |  | 298 mots
Lecture 1 min.
Un nouveau rôle anticrisepour la réserve fédéraleL'administration Obama a ainsi tenu à se doter de nouveaux outils de gestion de crise.« Notre cadre de supervision n'était pas équipé pour faire face à la crise. » Pour combler ces lacunes, la Maison-Blanche propose de confier à la seule Réserve fédérale la mission de surveiller les grandes institutions financières susceptibles de présenter une menace pour la stabilité du système financier et donc pour l'économie américaine. Autrement dit, un rôle dans la prévention du risque systémique sur lequel le président de la commission bancaire du Sénat, Christopher Dodd, émettait hier quelques réserves. La Fed devra au préalable mener une réforme de sa structure, de sa gouvernance et de son rôle en tant que superviseur, et proposer, avec l'aide du Trésor, d'éventuels changements pour améliorer sa fiabilité. Les difficultés d'AIG, la faillite de Lehman Brothers ont fait trembler les bases du système financier américain et l'économie tout entière. L'objectif est donc de prévenir de tels épisodes ou d'être plus à même de les gérer. L'administration Obama a ainsi tenu à se doter de nouveaux outils de gestion de crise, dont un mécanisme de démantèlement en douceur des grosses institutions financières non bancaires menaçant de s'écrouler. « Il s'agit d'éviter que le gouvernement fédéral n'ait d'autre choix qu'une faillite ou une nationalisation », explique-t-on au Trésor. Quant au rôle de prêteur d'urgence de la Fed, il sera amendé, pour exiger une approbation écrite préalable du secrétaire d'État au Trésor pour toute extension de crédit dans des « circonstances inhabituelles et pressantes ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :