Le baccalauréat 2009 coûtera plus cher

 |  | 386 mots
Lecture 2 min.
ÉducationC'est parti pour le cru 2009 du baccalauréat. Aujourd'hui, près de 500.000 candidats des filières générale et technologique vont plancher 4 heures durant sur l'épreuve de philosophie. En tout, ils seront cette année 622.322 candidats (20.502 à Paris), dont une grosse moitié inscrite au bac général, à tenter de décrocher ce sésame (1,1 million en comptant les élèves de première générale et première technologique inscrits aux épreuves anticipées). L'année dernière, quelque 519.000 ont été lauréats, soit un taux de réussite sans précédent de 83,5 %. En 1809, lors de la toute première session du baccalauréat, ils n'étaient que 30?Malgré ce record, on reste loin de l'objectif fixé par la loi Jospin de 1989, qui visait 80 % d'une classe d'âge au baccalauréat. En moyenne, chaque année voit 63 % « seulement » d'une génération obtenir le diplôme. À noter qu'un candidat sur cinq se présente désormais au bac professionnel. Une proportion en régulière augmentation (+ 4,45 % cette année) mais que le ministère souhaite encore augmenter avec la généralisation de la réforme du bac pro à la rentrée 2009 (aligné sur les lycées général et technique, le cursus se fera sur 3 ans et non plus 4).149.500 correcteursMais cette année sera surtout marquée par l'augmentation du coût de ce « monument du système éducatif », dont les chiffres « donnent le vertige », selon le ministre de l'Éducation nationale Xavier Darcos. Notamment les 4 millions de copies à corriger et les 149.500 correcteurs. Or les correcteurs des bacs généraux et technologiques, qui doivent désormais cumuler enseignement et corrections dans le cadre de l'allongement de l'année scolaire, ont vu leur rémunération augmenter : de 1,06 euro ou 1,32 euro, elle passe à 5 euros par copie. Soit 15 euros de plus par candidat, selon Jean-Louis Nembrini, directeur de l'enseignement scolaire. Bref, le coût d'un candidat passant ainsi de 65 euros à 80 euros pour 80 % d'entre eux, la facture globale du baccalauréat augmente d'une dizaine de millions d'euros, passant de 40 millions à près de 50 millions. Un chiffrage qui ne comprend pas les épreuves anticipées, dont le ministère n'est pas en mesure de communiquer le coût. Et qui devrait encore évoluer avec la réforme à venir du lycée. Clarisse Jay

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :