Les syndicats divisés à Pôle emploi

 |  | 342 mots
Lecture 2 min.
grèveÀ l'approche de l'été, la température monte à Pôle emploi. La semaine dernière, Alain Lecanu, l'un des deux vice-présidents de l'organisme issu de la fusion entre l'ANPE et les Assedic, s'en prenait violemment à Christian Charpy, le directeur général. Aujourd'hui, trois syndicats (SNU-FSU, CGT et SUD) appellent les 45.000 salariés à cesser le travail pour dénoncer la détérioration des conditions de travail. « Le moment nous semble propice à la mobilisation. Il y a des tas d'expressions sporadiques de mécontentement?: pétitions, prises de position? Il faut les révéler avant l'été à la faveur d'une grève », souligne un représentant de la CGT.Reste à savoir si les salariés répondront à l'appel. Lors d'un précédent arrêt de travail, au moment de la fusion effective début janvier, 18,9 % du personnel avaient débrayé, selon la direction. Or, le Snap et FO s'étaient, alors, associés au mouvement. Rien de tel aujourd'hui, au niveau national?: les trois syndicats n'ont pas convaincu les autres, parce que les organisations syndicales commencent déjà à prendre leurs marques dans la perspective des élections professionnelles qui doivent se dérouler début octobre. La situation est plus disparate en région. En Île-de-France, six syndicats (dont FO, la CFDT et la CFTC) appellent à la grève et la CFDT se joint à l'appel en Provence-Alpes-Côte d'Azur. En Lorraine, les syndicats ont déjà lancé un arrêt de travail le 12 juin, alors qu'ils mobilisent en Rhône-Alpes le 23.La dispersion des représentants des salariés risque fort de peser sur la participation du personnel au mouvement d'aujourd'hui. cultures différentesMais un échec ne masquera que provisoirement les difficultés actuelles de Pôle emploi qui, tout en tentant de rapprocher des équipes aux cultures très différentes, peine à absorber un flux très important de chômeurs. Des chômeurs bientôt rejoints par les allocataires du RSA, que le nouveau service public de l'emploi doit désormais prendre en charge. A.L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :