Fin de partie tchèque

 |  | 283 mots
Lecture 2 min.
ésidence européenneQue va dire Nicolas Sarkozy vendredi à Bruxelles pour qualifier le travail des Tchèques à la tête de l'Union?? À chaque sommet de fin de présidence européenne, Jacques Chirac aimait saluer « l'excellente organisation », « la finesse » ou « l'intelligence » du pays ayant présidé les travaux des Ving-Sept. Or, la grande spécialité tchèque, ce sont les boulettes, ou plutôt les « knedlíky » dans la langue de Milan Kundera. Dernier en date, le site officiel de la présidence vient de publier un sondage à la tonalité très incorrecte?: « José Manuel Barroso devrait-il être à nouveau désigné président de la Commission européenne?? » José Manuel Barroso aura l'agréable surprise de constater que la page rédigée en tchèque propose 83 % de « oui »? Mais la version anglaise du site donne 78 % de « no ». sculpture « Entropa »Cette nouvelle maladresse s'ajoute à la sculpture « Entropa » qui avait ému les eurocrates en présentant la Bulgarie en toilettes turques ou encore l'Allemagne avec ses Autobahnen en forme de croix gammée. Sur le plan politique, les Tchèques ont multiplié les bourdes?: leur gouvernement est tombé en pleine présidence européenne, et leur très eurosceptique président, Vaclav Klaus, a appelé à ne pas voter aux élections européennes, jugées « pas nécessaires ». Les représentants tchèques ont parfois pu surprendre, comme leur ministre de la Santé, cigarette aux lèvres, ou encore leur Premier ministre, pris en photo nu dans la festive villa sicilienne de Silvio Berlusconi.La présidence tchèque est toutefois parvenue « à gérer la crise ukrainienne et à maintenir le rythme des dossiers sur le plan économique », nuance une diplomate européenne.Yann-Antony Noghès, à Bruxelle

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :