Orange ferme un centre de R&D à Boston

 |   |  216  mots
Fin octobre, les portes du centre de recherche de France Télécome;lécom (l'« Orange Lab » dans le jargon maison) à Boston fermeront. Explication avancée par l'opérateur : les missions du centre étaient « similaires » à celles des centres français et japonais.Le centre de Boston, après avoir employé jusqu'à 100 personnes, compte aujourd'hui à 52 chercheurs, selon le site Boston.com. Il avait ouvert en 2002, à la suite du rachat en 2000, pour 140 millions de dollars, d'une start-up locale, Wildfire. Le centre a été dirigé par Rich Miner, qui développera ensuite pour Google le système d'exploitation pour mobile Android. L'Orange Lab de Boston a travaillé sur le microblogging, la reconnaissance vocale, les interfaces? Il était situé à proximité du MIT et assurait la liaison avec l'organisme de standardisation d es normes du web, W3C (World Wide Web Consortium).L'opérateur téléphonique avait parallèlement ouvert de nouveaux centres, comme à Amman et au Caire, tout en abandonnant récemment d'autres projets de centres, à Canton et New Delhi. Au total, la recherche et développement (R&D), où débuta le PDG Didier Lombard emploie environ 5.000 personnes. Elle dispose d'un budget de 900 millions d'euros en 2008 (+ 0,7 %), soit 1,7 % du chiffre d'affaires. Mais l'objectif fixé par l'ex-PDG Thierry Breton (2 % des ventes) n'a finalement jamais été atteint. J. H.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :