Un client californien d'UBS passe aux aveux

Comment frauder le fisc avec l'aide de sa banque en trois leçons ? C'est ce qu'a expliqué John McCarthy, client d'UBS originaire de Malibu, à une cour de justice californienne. Ses aveux ont été mis en ligne hier. Leçon numéro un, créer une société écran. En 2003, John McCarthy ouvre une société à Honk Kong, COGS Enterprises. Heureux hasard, le compte de l'entreprise est domicilié en Suisse, dans les coffres d'UBS. Au total, il transfère plus de 1 million de dollars (710.000 euros) provenant de ses activités aux États-Unis vers COGS Enterprises. Bien conseillé, il ouvre un autre compte aux îles Caïmans à partir duquel il vire de grosses sommes vers Zurich.Leçon numéro deux, s'entourer d'experts. Pour mener à bien toutes ses opérations, John McCarthy reçoit les conseils de son avocat suisse et de représentants d'UBS. Prévenants, ces derniers lui assurent qu'il n'est pas rare que leurs clients américains ne déclarent pas leurs revenus pour les soustraire au fisc.barrière supplémentaireLeçon numéro trois, avoir toujours un coup d'avance. Inquiet du manque de sophistication du dispositif de fraude de son client, l'avocat suisse de John McCarthy prend les devants. Il lui conseille de créer une fondation au Liechtenstein, contrôlant elle-même une autre structure, comme une entreprise panaméenne ou hong-kongaise par exemple, afin d'établir une barrière supplémentaire pour protéger son identité.Le subterfuge aura fonctionné pendant cinq ans, jusqu'en 2008. A. M.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.