Shimla, l'ancienne capitale d'été de l'Empire britannique en...

Sur les contreforts de l'HimalayaShimla ne figure pas parmi les destinations touristiques prioritaires en Inde. De nos jours, les Occidentaux lui préférent le Rajasthan, ou encore, Dharamshala (la cité du dalaï-lama), voire, plus au nord, le Ladakh dit « le petit Tibet ». Mais, à l'époque de l'Empire britannique, les Anglais avaient fait de Shimla leur capitale d'été. Dès 1864, ils venaient ici se mettre au frais pour échapper à la moiteur de New Delhi ou de Calcutta.Aujourd'hui encore, pour les Indiens de souche, Shimla reste un lieu de vacances de prédilection, et l'endroit de rêve pour une lune de miel. Il est vrai que, dans ce pays amoureux des grandes passions amoureuses, l'histoire veut que ce soit à Shimla que lady Mountbatten, vice-reine des Indes, et Nehru, fils spirituel du Mahatma Gandhi et futur Premier ministre de l'Inde libre, nouèrent leur passion impossible, en pleine partition de l'Inde. Et les spécialistes se chamaillent encore pour déterminer si leur idylle demeura ou non platonique. Pour accéder à Shimla, le mieux est de prendre le train de New Delhi à Chandigarh. Là, on fera une halte pour admirer les vestiges du projet de cité idéale imaginé par Le Corbusier. Ensuite, le mieux est de gagner la station estivale par le train ? encore une fois, mais ici, il s'agit de l'Himalayan Queen. Le voyage dans ce petit train pittoresque qui vous mène à flanc de collines de Kala jusqu'à la station d'été, est sans égal. Avec ses petits rideaux de dentelle, son personnel en costume officiel, il sillonne en trois heures vallées et forêts, à la rencontre des singes et des vaches sacrées qui parfois obligent le train à marquer l'arrêt. À l'arrivée, on est immédiatement saisi de nostalgie. Shimla a conservé le charme surrané des stations estivales du XIXe siècle. Au fil des rues escarpées, d'une échoppe à l'autre, on croise autant de randonneurs que de sherpas himalayens venus ici se procurer chaussures ou sucre avant de gagner les altitudes. Un studio de photographe local, incroyablement conservé dans son jus, depuis 1870, affiche encore sur ses murs les portraits anciens des riches Britanniques qui venaient ici se faire tirer le portrait.Au-delà des souvenirs de la colonie anglaise, le panorama sidère. Accroché aux contreforts de l'Himalaya, à 2.200 mètres d'altitude, au c?ur de l'Himachal Pradesh, l'hôtel Wildflower offre une vue imprenable. Confortablement installés dans les transats sur la terrasse ou, sous les pins et les cèdres du parc, au milieu des tapis de fleurs sauvages où se mélangent roses musquées, daturas, muguets, renoncules et violettes, les plus indolents s'abandonnent à la contemplation des montagnes qui se dressent à l'horizon. D'ouest en est, en direction du nord, l'?il aperçoit des hauts plateaux du Ladakh aux sommets qui culminent à plus de 7.000 mètres. Les plus sportifs enfilent leurs chaussures de montagne ou s'équipent pour s'aventurer en VTT en direction de Sarahan, dans la Sutlej Valley. Aussi verdoyante que le canton de Vaud en Suisse, propice à l'agriculture, elle regorge de pommiers et autres arbres fruitiers. On pénètre dans un décor de rêve, l'air aussi pur que vivifiant, et l'ivresse du panorama est jubilatoire. En direction du soleil levant, l'Anapurna paraît en ligne de mire, l'Everest en bout de chaîne. nVacances de rêve/en Inde

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.