Schaeffler prêt à boucler son offre sur Continental

 |   |  370  mots
En théorie, quand une entreprise veut en acheter une autre, elle est pressée d'avoir le feu vert de Bruxelles. Dans le cas de Schaeffler, force est de constater que la notification à la Commission européenne de son offre publique sur Continental a plus que tardé. Elle aurait dû être faite dès la fin du mois d'août?; elle n'a été déposée que vendredi dernier. Du coup, la Commission, qui dispose de vingt-cinq jours ouvrés pour examiner le dossier, pourrait donner son feu vert le 19 décembre au plus tard. Vendredi, l'annonce de la notification a provoqué une envolée du titre Continental qui a gagné vendredi 27 % à Francfort et encore 2,23 % hier pour finir à 38,10 euros. Désormais rassurés, de nombreux fonds, que ce retard inquiétait, en auraient profité pour couvrir des positions à découvert. Or, comme le groupe spécialisé dans le roulement à billes détient déjà près de 90 % de l'équipementier automobile allemand, l'offre d'actions sur le marché est des plus limités?; ce qui a provoqué une hausse des cours. Schaeffler, qui semblait avoir des difficultés à financer une telle opération, aurait-il réussi à se sortir de l'impasse?? Le groupe, qui s'était engagé à plafonner à 49,99 % sa participation dans Continental, s'est retrouvé avec plus de titres que prévu. La chute du cours de Continental a rendu son offre à 75 euros par titre très alléchante pour les investisseurs.La conséquence, c'est un endettement supplémentaire de 10 milliards d'euros. Et, comme Continental est lui-même très endetté après le rachat de VDO au prix fort et que le secteur est en grande difficulté ces temps-ci, Schaeffler ne peut mener l'offre par ses propres moyens. rumeursDepuis la fin de la semaine passée, les rumeurs vont bon train. Porsche a été évoqué sur le marché, mais a démenti. Hier, le « Financial Times Deutschland » croyait savoir que des négociations étaient en cours avec des fonds souverains « de pays arabes ». La question serait de savoir si ces fonds prendraient une part de Continental ou de Schaeffler. Cette dernière option a toujours été repoussée par la patronne du groupe familial, Maria-Elisabeth Schaeffler. Laurence Boisseau et Romaric Godin

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :