L'uranium se reprend

 |   |  271  mots
Tout en demeurant bien loin de son plus-haut à 138 dollars en juin 2007, la livre d'uranium a vivement rebondi la semaine dernière (+ 10 % à 53 dollars) pour la troisième semaine d'affilée, selon les données de TradeTech, une plate-forme de négociation. La matière première utilisée pour la génération d'électricité avait vu ses prix s'effondrer en septembre et octobre, alors que les fonds se séparaient hâtivement d'un actif peu recherché dans la perspective d'une récession. La crise du crédit pourrait en effet sévèrement pénaliser le secteur. 318 projets de centralesSi le nombre de projets de centrales a explosé, passant de 96 en janvier 2007 à 318 en août dernier, certains pourraient souffrir de la raréfaction du crédit. Et l'accélération des échanges d'uranium qui s'est déroulée cet automne pourrait avoir asséché le marché?: les producteurs d'électricité se trouvent désormais bien approvisionnés. Plusieurs banques ont d'ailleurs revu leurs prévisions à la baisse récemment. Pour Citigroup, l'uranium devrait coter 45 % moins cher que prévu, à 60 dollars la livre en 2009. Mais l'uranium pourrait d'autant mieux rebondir que des enjeux de production ont brusquement ressurgi. Car la crise remet aussi en cause le financement de nouvelles mines, au Kazakhstan et en Namibie notamment. Et à court terme, plusieurs producteurs ont ralenti les cadences, à l'instar du numéro un mondial, le canadien Cameco. Dont le président vient d'indiquer que la production globale ne devrait pas atteindre les 125 millions de livres attendues par les experts, alors que les aléas de production se sont multipliés cette année. A.R.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :