Rodriguez a le mal des profondeurs

 |   |  228  mots
? 44,47 %Il paraît loin le temps où Rodriguez figurait en tête de liste des valeurs préférées des gérants. Alors qu'il se négociait au-dessus des 70 euros fin 2002, le titre menace désormais de toucher le fond. Plombé par un bilan d'activité annuelle catastrophique, le groupe a vu son cours rendre plus du tiers de sa valeur hier pour retomber en dessous des 3 euros. Car, au-delà des difficultés chroniques rencontrées par le concepteur de yachts de très grande taille sur mesure pour écouler ses stocks de bateaux d'occasion, se pose désormais la question de sa viabilité financière. Au 30 septembre, son chiffre d'affaires s'est écroulé de 34,2 % pour atteindre 467,8 millions d'euros. Non seulement le groupe ne peut plus se reposer sur son activité de yachts neufs (? 30,4 %) pour couvrir l'augmentation constante de son besoin en fonds de roulement, qui est lui aussi alourdi par le gonflement des stocks, mais il devrait en plus accuser des pertes annuelles qui rendront plus compliqué le remboursement de sa dette nette qui atteignait 153,1 millions d'euros au 31 mars 2008 et faisait ressortir un ratio d'endettement de 90 % des fonds propres. Si bien que les analystes de Natixis, qui tablent maintenant sur une perte nette de 5,77 euros par action, ont rabaissé son objectif de cours de 16 à 2 euros. Moins généreuses, les équipes d'Oddo ne visent pas plus de 1 euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :